Elections-US-2012USA 2012Monde

Que vaut le sondage qui donne Romney sept points devant Obama?

Cécile Dehesdin, mis à jour le 19.10.2012 à 13 h 50

Un extrait d'un sujet de la chaîne Fox News.

Un extrait d'un sujet de la chaîne Fox News.

L'institut de sondage américain Gallup, un des plus célèbres, vient de sortir, jeudi 18 octobre, les nouveaux chiffres de son rolling sur une semaine, qui donne Romney à 52% contre Obama à 45% chez les électeurs qui comptent voter (les likely voters) pour la semaine du 11 au 17 octobre, avec un écart bien moindre (48%-47%) chez les électeurs inscrits.

Cette avance de sept points du candidat républicain sur le démocrate a surpris les médias américains, d'autant que pour la semaine précédente (du 8 au 14 octobre), Romney ne menait que de 2 points, 49% contre 47%, et que le rolling prenait en compte le 17 octobre, lendemain du deuxième débat dont Obama s'en est bien sorti.

Des sondages hors moyenne?

Mais que les partisans des candidats se calment, répond Dave Weigel sur Slate.com. Le journaliste rappelle que, deux jours après le premier débat, le même rolling de Gallup n'avait pas enregistré de rebond pour Romney. Pourquoi tout le monde s'attend donc à ce que l'institut capture un rebond pour Obama deux jours après le deuxième? Attendons de voir ce que les autres sondages rapportent, conclut-il.

Sur FiveThirtyEight, le statisticien du New York Times Nate Silver ajoute que Gallup a traditionnellement des mauvaises prévisions quand il sort du consensus des autres instituts. En 2008 par exemple, l'institut plaçait Obama onze points devant McCain à la veille de l'élection, tandis que la moyenne des sondages lui donnait seulement sept points d'avance, ce qui fut le résultat final. Pareil en 2010 avec une trop grande avance prévue pour les Républicains lors des élections de mi-mandat. Or, la moyenne actuelle des sondages, calculée par le site RealClearPolitics sur la période du 7 au 17 octobre, donne «seulement» un point d'avance à Romney.

Nate Silver ne dit pas qu'il ne faut pas faire attention au sondage Gallup, mais simplement qu'il faut le prendre en compte dans le contexte des autres sondages, nationaux et étatiques, et conclut:

«Il est plus probable que Gallup ait tort et les autres raison que le contraire.»

Une progression essentiellement dans le Sud?

Le blog démocrate Daily Kos s'intéressait déjà au rolling Gallup mercredi, avant qu'il ne prenne en compte l'effet débat, pour noter d'où venait la progression de Romney: principalement des Etats du Sud. «Bien sûr, une partie de ça peut venir de la Floride, mais ce n'est pas montré par les sondages étatiques. Donc Romney fait d'énormes marges au Texas, en Alabama, dans l'Oklahoma, le Mississippi et d'autres Etats sans importance pour la présidentielle? Tant mieux pour lui!», concluait-il, reflétant ce qu'on vous expliquait déjà sur l'importance de certains Etats dans le processus présidentiel américain, et l'inutilité de ceux déjà acquis à la cause républicaine ou démocrate.

Parmi les sondages étatiques publiés jeudi, dont une partie de l'échantillon avait eu le temps de voir le débat, la plupart sont d'ailleurs favorables à Obama: huit points d'écart dans l'Iowa, six points dans le Wisconsin, un point dans l'Ohio et trois points dans le Colorado, Romney confirmant lui son avance en Caroline du Nord. Si Obama dispose de moins de grands électeurs «solides» que son adversaire, la moyenne des sondages lui donne toujours une cinquantaine de grands électeurs d'avance dans l'ensemble du collège électoral.

C.D.

Cécile Dehesdin
Cécile Dehesdin (610 articles)
Rédactrice en chef adjointe
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte