Elections-US-2012USA 2012Monde

USA 2012: pourquoi le vote anticipé profite aux Démocrates

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 16.10.2012 à 18 h 52

Pour l'instant, le vote anticipé donne une nette avance aux Démocrates, qui l'encouragent. Alors que les Républicains tentent d'en limiter l'impact.

Premier jour de vote anticipé (2 octobre) à Newark, Ohio. Matt Sullivan / Reuters

Premier jour de vote anticipé (2 octobre) à Newark, Ohio. Matt Sullivan / Reuters

Le 15 octobre, Michelle Obama a fait savoir sur Twitter qu’elle avait envoyé son bulletin de vote par correspondance. Le même jour, Barack Obama répondait qu’il voterait lui aussi avant la date du 6 novembre, le 25 octobre exactement. Son équipe a ensuite ajouté qu’il se déplacerait dans l’Illinois pour voter en personne.

Vote par correspondance («absentee») et vote anticipé («early vote») sont les deux possibilités, selon des modalités variables en fonction des Etats, offertes aux Américains pour voter avant le jour du scrutin national du mardi 6 novembre.

Et si le couple présidentiel vote en avance, c'est peut-être aussi parce que les votes anticipés représentent une bonne partie de la victoire d’Obama sur le Républicain John McCain en 2008, rappelle Reuters, et que sa campagne vise à rééditer ce succès cette année.

Pour le moment, Obama l’emporte sur Romney avec 59% des voix contre 31% parmi les votes anticipés, selon la compilation des dernières semaines d’un sondage Reuters/Ipsos (7% des votants de la base de 6.704 personnes interrogées seulement affirment avoir déjà voté).

Le Washington Post détaille ainsi la situation dans l'Iowa:

«Le seul Etat pour lequel nous avons suffisamment de données présente de très bons signes pour les Démocrates. Environ 219.000 résidants de l’Iowa ont participé au vote anticipé ou ont voté par procuration, et jusqu’à présent la composition du vote est à 53% démocrate et à 28% républicaine.»

Or selon le spécialiste électoral Michael McDonald, de la George Mason University, interrogé par Reuters, deux fois plus de Démocrates que de Républicains ont voté dans cet Etat: un potentiel signal d’alarme pour l’équipe de Romney, affirme-t-il.

En Floride, l’un des «swing states» où se joue l’élection, les Républicains ont une avance de 4 points parmi les électeurs enregistrés par les partis (44 – 40), ce qui est peu en comparaison des 12 points d’avance dont ils bénéficiaient en 2008, note le Washington Post.

Pour Michael McDonald, «la question est de savoir si la campagne d'Obama récolte les votes qu'elle aurait obtenus de toute façon, ou si elle mobilise des gens qui n'auraient pas voté sans ça. C'est probablement une combinaison des deux».

La (dé-)mobilisation des électeurs anticipés, un enjeu politique

Les Démocrates organisent par exemple le programme «Souls to the Polls», qui encourage les Africains-Américains fréquentant l’église le dimanche à se rendre aux urnes le week-end précédant l’élection.

En 2008, plus de 100.000 personnes –beaucoup de pauvres, de femmes, de personnes peu éduquées ou faisant partie de minorités ethniques, bref des électeurs potentiellement pro-Obama– avaient voté dans l’Ohio le week-end précédant le jour de l’élection. Les Républicains, qui dirigent l’Etat, ont cette fois tenté de bloquer le processus en exigeant que  la période de vote anticipé soit clôturée avant le dernier week-end. Ils ont fait de même en Floride.

Pour le cas de l’Ohio, swing state surveillé de près par les candidats, la Cour suprême vient de décider que les Républicains ne pouvaient restreindre ainsi le vote anticipé. Encore une bonne nouvelle pour le camp démocrate.

J.-L.C.

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (990 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte