Elections-US-2012USA 2012Monde

Pour gagner une élection, il faut être menteur et blagueur

Laure Beaulieu, mis à jour le 12.10.2012 à 9 h 14

Abraham Lincoln / Wikimedia

Abraham Lincoln / Wikimedia

Que faut-il pour gagner des élections? Beaucoup d'argent certes, mais aussi une personnalité hors du commun.

Le journaliste Jack Shafer de Reuters explique «Pourquoi nous votons pour des menteurs». «Dire la vérité n'est pas bon pour les campagnes, et si ça l'était, plus de gens le feraient». Et, les hommes politiques mentent perpétuellement pour être élus. Le fackchecking révèle de plus en plus ces mensonges, mais les hommes politiques ne cessent pas pour autant de mentir.

Pourquoi?

«La façon dont on ment pendant les campagnes nous dit quelque chose que l'on préférerait ne pas reconnaître, du moins publiquement: sur de nombreux sujets, les électeurs préfèrent les mensonges à la vérité. Parce que la vérité sur l'économie, le futur de la sécurité sociale et Medicare, l'immigration, la guerre en Afghanistan, les impôts, le budget, le déficit, et la dette publique est trop triste pour être envisagée. Aussi longtemps que les électeurs voteront pour des candidats qui les font se sentir mieux, les candidats continueront à mentir. Et à gagner.»

Seule erreur à ne pas commettre, mentir sur soi-même:

«Mentir à propos d'un problème, c'est être un politique. Mentir sur une entreprise, c'est être un responsable en relations publiques. Mentir sur un problème en rapport avec le droit, c'est être un avocat. Mentir sur les relations de pouvoir au niveau international, c'est être un diplomate. Mais mentir à propos de qui tu es, c'est être un hypocrite et les électeurs méprisent les hypocrites.»

Bien savoir mentir ne suffit pas gagner une élection, il faut aussi avoir un humour de haut niveau. L'exemple en la matière, selon un article du magazine Lapham's Quarterly, c'est Abraham Lincoln qui a su pendant toute sa carrière se servir de son humour pour s'attirer la sympathie... et des voix.

Faire des blagues permettait à Lincoln deux choses: «créer un lien avec son auditoire [...] et [refléter] une expérience partagée». L'humour ne fait pas tout, mais, bien utilisé, il est un outil intéressant en rhétorique. «L'humour rhétorique, c'est de la persuasion avec un clin d'œil», note Lapham's Quaterly.

Enfin, avoir un bon sens de l'humour permet aussi de bien mentir car, poursuit le magazine, «si un homme politique utilise l'humour pour nous mentir, nous l'acceptons mieux car nous sommes partie prenante de la blague».

Laure Beaulieu
Laure Beaulieu (107 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte