Elections-US-2012USA 2012Monde

Chez les grands électeurs aussi, Romney semble se rapprocher d'Obama

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 10.10.2012 à 18 h 33

Les sondages effectués depuis le débat dans les «swing states» le montrent en meilleure position en Floride, dans l'Ohio ou en Virginie.

Mitt Romney, son épouse Ann et son fils Matt avant le débat le 3 octobre 2012. REUTERS/Brian Snyder.

Mitt Romney, son épouse Ann et son fils Matt avant le débat le 3 octobre 2012. REUTERS/Brian Snyder.

Depuis le débat du 3 octobre, on parle beaucoup de la remontée de Mitt Romney face à Barack Obama dans les sondages nationaux. Mais ceux-ci peuvent être trompeur, car l’élection se joue au niveau de chaque Etat: si la remontée nationale de Romney est exclusivement imputable à une progression dans les bastions républicains, elle ne lui servira pas à grand chose.

Si la moyenne des sondages calculée par le site de référence, RealClearPolitics, donne Romney à 48% et Obama à 47,2%, il faut donc aussi s’intéresser aux sondages dans les Etats disputés, les battleground ou swing states.

Avant même le débat, Romney était bien placé pour remporter assez facilement tous les Etats que John McCain avait gagnés en 2008, plus le Missouri, que le candidat républicain avait perdu d’un cheveu, et l’Indiana, qu’Obama avait gagné en 2008 mais dans lequel il ne fait pas vraiment campagne cette année. Soit une base à peu près solide de 191 grands électeurs pour lui contre 237 à Obama, sachant qu’il en faut 270 pour gagner l’élection.

Obama a besoin d'un «grand» Etat

Selon les sources, il reste donc jusqu'à neuf Etats vraiment disputés. Voilà ce qu'y donnent les sondages réalisés depuis le débat selon RealClearPolitics (en gardant à l’esprit qu’ils présentent une marge d’erreur de plus ou moins 3 à 4,5 points).

Romney devant (44 grands électeurs, soit 235 au total). Les deux sondages réalisés en Floride (29 grands électeurs) depuis le débat donnent le candidat républicain devant, avec quatre ou cinq points de comblés sur Obama par rapport aux précédentes enquêtes. En Caroline du Nord (15 grands électeurs), le seul sondage publié donne Romney devant avec neuf points d’avance, écart inédit depuis un mois.

Obama devant (20 grands électeurs, soit 257 au total). Dans l’Iowa (6 grands électeurs), une seule enquête a été publiée depuis le débat, par l’institut Rasmussen, qui donne pour la première fois Obama devant. Le président sortant reste aussi en tête dans le Wisconsin (10 grands électeurs) et le New Hampshire (4 grands électeurs), mais avec une marge réduite.

Des sondages contradictoires (46 grands électeurs). Les cinq enquêtes publiées dans l’Ohio (18 grands électeurs) se contredisent sur qui est en tête, mais semblent indiquer une progression de Romney, de même que les trois publiées en Virginie (13 grands électeurs). Encore plus contradictoire, le Colorado (9 grands électeurs), où trois sondages ont été publiés, un donnant Romney en tête avec une grosse remontée, deux autres Obama... avec un écart creusé. Enfin, dans le Nevada (6 grands électeurs), l’institut Rasmussen donne désormais les deux candidats à égalité, situation qui ne s'est produite qu'une fois cette année.

Gagner les trois Etats où il est encore systématiquement devant ne suffira pas à Obama pour gagner la Maison Blanche: il lui faudrait aussi, par exemple remporter l'Ohio ou la Virginie, ou il est donc au coude-à-coude avec Romney; ou bien, à défaut, le Colorado et le Nevada.

«Ne paniquez pas, attendez le week-end»

Nate Silver, le statisticien du New York Times, qui calcule une estimation du résultat du 6 novembre en se fondant sur les sondages, l’environnement de chaque Etat et la situation économique, a vu sa prévision en faveur d'Obama passer de 321 à 297 grands électeurs depuis le 4 octobre, et celle de Romney monter en parallèle de 217 à 241. «Nous sommes prêts à conclure qu’une nuit à Denver a défait la plus grande partie de l’avantage que M. Obama avait semblé construire en septembre», a-t-il écrit mardi 9 octobre.

Le camp démocrate doit-il pour autant commencer à paniquer? L'universitaire Drew Linzer, responsable du modèle de prévision Votamatic (qui donne encore Obama à 332 grands électeurs) pense que non, car il est optimiste pour le sortant dans l'Ohio —un Etat sans lequel il sera quasiment impossible pour Romney de gagner l'élection. Et il le suggère aux électeurs démocrates via un smiley...

Le son de cloche est assez ressemblant du côté du Princeton Election Consortium, un autre organisme de prévision, qui donne Obama à 305 grands électeurs et suggère d'attendre quelques jours pour voir si «l'effet débat» se stabilise dans les sondages:

«Les partisans du président doivent-ils paniquer? Au vu des tendances généralement observées au cours des précédentes campagnes, certainement pas. Ou au moins, attendez le week-end. Je sais que ça paraît une éternité.»

J.-M.P.

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (944 articles)
Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte