Monde / USA 2012 / Elections-US-2012

Paul Ryan pense que Barack Obama est né aux Etats-Unis

Temps de lecture : 2 min

Paul Ryan / Gage Skidmore via FlickrCC License by
Paul Ryan / Gage Skidmore via FlickrCC License by

La moitié des électeurs républicains avait beau être convaincue début 2011 que Barack Obama n'était pas né aux Etats-Unis, Paul Ryan n'en fait pas partie. Le colistier de Mitt Romney n'est pas un birther, un de ceux qui croient à la théorie du complot selon laquelle Barack Obama serait né au Kenya, et non pas à Hawai, et qu'il n'est donc pas éligible à la fonction suprême du pays.

Peu importe que le Président ait rendu publique la version complète de son certificat de naissance, la rumeur persiste, encouragée par des Républicains aussi importants que Donald Trump, le milliardaire généreux donateur de la campagne Romney.

Le candidat républicain avait lui-même fait une blague qui n'en était pas vraiment une sur le sujet lors d'un meeting fin août, lorsqu'il avait dit:

«J’aime être à la maison, dans cet endroit où Ann [son épouse, NDLR] et moi avons été élevés, où nous sommes tous les deux nés. Ann est née à l’hôpital Henry-Ford et je suis né à l’hôpital Harper. Personne n’a jamais demandé à avoir mon acte de naissance, on sait que c’est l’endroit où je suis né et j’ai grandi.»

Talking Points Memo a enquêté sur la manière dont le bureau de Paul Ryan répondait aux habitants de son Etat du Wisconsin qui soulevaient le problème du lieu de naissance de Barack Obama. Le site a pu voir que le colistier de Romney leur fait tout simplement envoyer le certificat de naissance du Président.

Cécile Dehesdin Rédactrice en chef adjointe

Newsletters

De plus en plus de jeunes filles abandonnent l'école au Cachemire

De plus en plus de jeunes filles abandonnent l'école au Cachemire

Leurs parents veulent les préserver des violences du conflit qui touche la région.

La guerre Iran-Israël n'aura pas lieu (du moins pas tout de suite)

La guerre Iran-Israël n'aura pas lieu (du moins pas tout de suite)

Si l’escalade militaire entre Téhéran et Tel-Aviv sur le théâtre syrien est inédite, les enjeux géopolitiques dans la région réduisent les risques de dérapage en guerre ouverte.

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

La tension est montée d’un cran entre Ankara et Paris, à l’ombre du déploiement de forces spéciales françaises dans le Rojava et de l’appui diplomatique peu équivoque au projet d’autonomie territoriale kurde en Syrie.

Newsletters