Elections-US-2012USA 2012Monde

Débat Obama/Romney: les cinq choses à savoir avant le débat

Cécile Dehesdin, mis à jour le 03.10.2012 à 22 h 52

Les dernières préparations, l'impact de ce premier débat dans l'histoire des élections, l'organisation de la soirée... Tout ce qu'il faut savoir sur le premier débat des présidentielles américaines 2012.

Barack Obama au barrage Hoover à Boulder City, dans le Nevada, le 2 octobre 2012. REUTERS/Kevin Lamarque

Barack Obama au barrage Hoover à Boulder City, dans le Nevada, le 2 octobre 2012. REUTERS/Kevin Lamarque

>> Suivez le débat en direct avec nous ici

Le premier débat des présidentielles américaines se déroule ce mercredi 3 octobre à 21 h aux Etats-Unis, soit à 3 heures du matin en France. Que vous veilliez pour le suivre sur Slate.fr ou pas, voici les choses à savoir avant l'affrontement Mitt Romney / Barack Obama.

1. Barack et Mitt ne se connaissent pas

Bien sûr, les candidats sont on ne peut plus briefés sur la vie, la personnalité, les positions politiques l'un de l'autre. Mais Romney et Obama ne se sont presque jamais directement parlé. Quand on a diagnostiqué un cancer du sein à Ann Romney fin 2008, Barack Obama a fait partie des politiques à les appeler. Voilà la conversation racontée par Mitt Romney à l'époque:

«Il a eu la gentillesse de nous appeler quand ma femme était malade, et nous a dit que Michelle et lui priaient pour elle. J'ai dit, "Monsieur le Président-élu, Ann et moi prions pour vous". Et c'est vrai.»

Niveau face-à-face, il faut remonter encore plus loin, détaille le Washington Post: le débat marquera leur première rencontre depuis presque cinq ans. Ce qui explique d'ailleurs qu'on ne trouve pas de photographie des deux ensemble. La seule qui existe date de janvier 2008, et elle est photobombée par le candidat républicain Mike Huckabee!

La situation est rare: Obama et John McCain avaient travaillé ensemble au Sénat avant de se retrouver l'un contre l'autre en 2008. George W. Bush et John Kerry se connaissaient aussi de Washington, tout comme Bill Clinton et Bob Dole en 1996, note le Washington Post.

2. Les candidats connaissent les thèmes abordés...

Pour la première fois aux Etats-Unis, la commission des débats présidentiels a publié un communiqué annonçant les thèmes qui seront abordés au débat du 3 octobre, rapporte US News. Autrement dit, elle a donné aux candidats les sujets sur lesquels ils devront s'exprimer, pour «que les candidats soient mieux préparés pour une conversation qui va au fond des choses», explique la commission.

Sans aller jusqu'à donner l'énoncé des questions, le modérateur Jim Lehrer, un journaliste de la chaîne PBS, a précisé que trois d'entre elles porteront sur l'économie, une sur la politique de santé, une sur le rôle du gouvernement et une sur la façon de gouverner.

Le tout au grand dam des observateurs américains, comme le journaliste média Jack Shafer, qui estiment que ça rendra un exercice hautement formaté encore plus formaté. Le dernier débat présidentiel sera sur la politique étrangère, tandis que toutes les questions de celui de ce mercredi se concentrent sur la politique intérieure.

3. ... Mais ils n'arriveront pas à articuler trois mots

Ou plutôt, c'est ce qu'ils voudraient nous faire croire. Mitt et Barack jouent depuis une semaine et demie au debate expectation game, ou «jeu pour diminuer les attentes avant le débat». Ça consiste en gros à affirmer que son opposant est incroyablement fort et qu'on est soi-même un gros naze, l'idée étant que si on se débrouille pas trop mal au débat, le public et les médias seront époustouflés.

Ce qui donne Mitt disant qu'Obama a déjà fait 8 débats présidentiels et que c'est un orateur extraordinaire, et Barack expliquant qu'il a été trop occupé à présider pour se préparer, contrairement à Romney. 

4. Les dernières préparations avant le débat

En réalité, bien sûr, les deux candidats se sont préparés. Aux dernières nouvelles, Barack Obama finissait de s'entraîner dans l'Etat clé du Nevada. Il en a profité pour jouer les touristes en se rendant pour la première fois au barrage Hoover, à la frontière entre l'Arizona et le Nevada. Connu pour être un chef-d'oeuvre d'ingénieurie américaine, le barrage a tout de même l'inconvénient de s'appeler «Hoover», ce qui n'a pas manqué d'évoquer le président Herbert Hoover, «battu à plates coutures après avoir échoué à remettre le pays sur pied à la suite d'une crise économique»...

Mitt Romney était déjà sur place, à Denver. Entre deux révisions, le candidat républicain s'est arrêté dans un fast-food de la chaîne Chipotle, et a pris la pose:

5. Le premier débat favorise le challenger

Pour faire baisser la pression autour de son candidat, l'équipe d'Obama a notamment argué que les premiers débats favorisaient toujours les challengers, et elle n'a pas tort. Le statisticien Nate Silver explique sur FiveFirtyEight, son blog du New York Times, que dans les neuf élections qui ont eu lieu entre 1976 et 2008, seules deux ont vu le président sortant gagner des points sur son challenger après le premier débat.

En moyenne, le challenger gagne 1,5 point après le débat. Il ne pique pour autant pas cet avantage à son rival, mais obtient simplement plus d'intentions de vote des électeurs qui ne s'étaient jusque-là pas décidés sur l'un ou l'autre. Reste que ce gain est modeste, et qu'aucun candidat devancé d'autant de points dans les sondages que Romney juste avant le premier débat n'a remporté l'élection.

C.D.

Cécile Dehesdin
Cécile Dehesdin (610 articles)
Rédactrice en chef adjointe
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte