Monde / Politique

Avoir une bonne condition physique est indispensable pour prétendre à la Maison Blanche

Temps de lecture : 2 min

White House / DUCKofD3ATH via Flickr CC, Licence By
White House / DUCKofD3ATH via Flickr CC, Licence By

La blague de Mitt Romney sur l’impossibilité d’ouvrir les fenêtres lors de ses trajets aériens –c'était apparemment une plaisanterie– a tout de même montré selon le journaliste James Fallows, du site The Atlantic, que le candidat républicain est mal à l'aise en avion. James Fallow revient sur ce qui peut vraiment constituer un handicap pour un homme politique américain, et sur l’importance d’avoir une bonne condition physique pour celui ou celle qui prétend aux plus hautes fonctions étatiques aux Etats-Unis. Pour lui, être en forme est très important pour pouvoir mener «une carrière politique pleine de succès».

Si James Fallows se penche sur ce sujet, c’est parce qu’il sait de quoi il parle: il a été le rédacteur des discours du président démocrate Jimmy Carter, qui a occupé la Maison Blanche entre 1976 et 1980, et il a donc suivi ce dernier à travers tout le pays à plusieurs reprises. Le journaliste se rappelle ainsi de ces années comme d'une époque extrêmement éprouvante:

«Je me souviens que je plaisantais amèrement sur le fait que j’avais l’impression de vieillir d’une année, dans le mauvais sens du terme, à chaque jour qui s’écoulait. Ce sentiment venait des interminables check-ins dans des hôtels de nuit, des meetings et des dead-lines aux premières heures du jour, des rassemblements à 5h15 du matin en vue la prochaine étape, de la mauvaise nourriture et des trajets dans des cortèges de bus au milieu de tous cela.»

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

La campagne n’est cependant pas fatiguante que pour les candidats à l'élection présidentielle: le site américain Pew Research Center publiait en effet en juillet dernier un sondage qui révélait que 67% des Américains –aussi bien des partisans démocrates que des partisans républicains- considéraient que la campagne électorale était « fatiguante». Une fatigue qui ne serait cependant pas physique, mais proviendrait d'une lassitude provoquée par une campagne que 56% des Américains trouvent trop «ennuyeuse».

Newsletters

La rénovation urbaine au service de la cohésion sociale: le projet Macrolotto Zero

La rénovation urbaine au service de la cohésion sociale: le projet Macrolotto Zero

Les dirigeants chinois comprennent Poutine, mais ne peuvent pas le soutenir

Les dirigeants chinois comprennent Poutine, mais ne peuvent pas le soutenir

Ne pas se ranger du côté des États-Unis, ni apporter de soutien inconditionnel à Moscou... L'invasion russe de l'Ukraine ne facilite pas la position de Pékin.

Ces soldats russes qui refusent de combattre en Ukraine

Ces soldats russes qui refusent de combattre en Ukraine

Ils s'appuient sur le fait que puisque la Russie n'est pas officiellement en guerre, les dirigeants ne peuvent les forcer à aller grossir les troupes.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio