MondeUSA 2012Elections-US-2012

Le Congrès et la Maison Blanche désertés pendant la pause électorale

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 22.09.2012 à 17 h 45

Lui-même sur la route pour sa campagne, Barack Obama a reproché à la fraction républicaine du Congrès de ne pas avoir «fini son travail».

La Maison Blanche. REUTERS/Jonathan Ernst.

La Maison Blanche. REUTERS/Jonathan Ernst.

Le calme règne sur le 1600 Pennsylvania Avenue et Capitol Hill, autrement dit sur la Maison Blanche et le Congrès, désertés à moins de cinquante jours des élections. Comme l’explique l’agence Associated Press, le 112e Congrès, «le plus partisan et le moins productif de longue mémoire», a ajourné ses travaux sur un ultime vote du Sénat, samedi 22 septembre. Un départ qui n’était pas intervenu aussi tôt depuis 1960 et qui survient alors que le travail de ce Congrès n’est jugé favorablement que par 13% des sondés, selon l’institut Gallup.

Le Sénat, à majorité démocrate, est parti en votant définitivement un texte permettant de financer les dépenses du gouvernement pendant six mois, afin d’éviter un blocage de ses activités durant la période électorale. La Chambre des représentants, à majorité républicaine, a elle voté un texte intitulé «Stop the War on Coal Act», destiné à protester contre l’attitude de la Maison Blanche envers l’industrie du charbon, et qui n’a aucune chance d’être adopté par le Sénat en l’état actuel des choses.

Les dernières heures de session du Congrès ont également été marquées par des batailles politiciennes que raconte le New York Times. Scott Brown, le sénateur républicain du Massachusetts, qui doit affronter la démocrate Elizabeth Warren, ancienne conseillère d'Obama, a tenté d’arguer d’un vote au Sénat pour éviter de l’affronter lors d’un débat dans son Etat. La majorité démocrate du même Sénat a elle tenté de faire voter un texte élargissant, entre autres, les possibilités de chasse et pêche récréatives afin de doper les chances de réélection de Jon Tester, sénateur du Montana confronté à une bagarre difficile pour sa réélection.

«Ils s'inquiètent de leur boulot et de leur fiche de paye»

Barack Obama a lui «salué» la fin de la session parlementaire en attaquant le travail du Congrès (du moins, de sa partie républicaine) dans son allocution hebdomadaire:

«Sans tambours ni trompettes, les membres de la Chambre des représentants ont levé la séance, ont éteint les lumières et se sont rués chez eux, déclarant leur travail fini pour l’instant. Si cela vous frustre, c’est normal, car il n’est pas fini. […] Mais apparemment, certains membres du Congrès s’inquiètent davantage de leur boulot et de leur fiche de paye, en cette saison électorale, que de vous.»

Ils ne sont apparemment pas les seuls. L’Associated Press rapporte en effet que «la Maison Blanche est affreusement calme ces jours-ci» car Barack Obama «passe l’essentiel de son temps sur la route à courtiser les électeurs dans une poignée d’Etats», le pouvoir s’étant donc déplacé à Chicago, siège de sa campagne.

Quant aux journalistes accrédités à la Maison Blanche, soit ils le suivent en campagne, soit ils suivent son adversaire républicain. La semaine dernière, les seules apparitions médiatiques du président se sont limitées à une cérémonie en l’honneur des Minnesota Lynx, les championnes NBA féminines, et à une rencontre avec le prix Nobel de la Paix Aung San Suu Kyi.

Tout ce petit manège pourrait continuer de la même façon après le 6 novembre: les sondages et les pronostics des analystes donnent Obama favori face à Mitt Romney mais, rappelle l’Associated Press, les Républicains largement favoris pour conserver le contrôle de la Chambre des représentants et les Démocrates correctement placés pour conserver celui du Sénat.

J.-M.P.

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (944 articles)
Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte