Elections-US-2012USA 2012Monde

Etats-Unis: la classe ouvrière blanche cherche encore son candidat

Grégoire Fleurot, mis à jour le 21.09.2012 à 10 h 57

La convention nationale républicaine à Tampa, en Floride, le 31 août 2012, REUTERS/Shannon Stapleton

La convention nationale républicaine à Tampa, en Floride, le 31 août 2012, REUTERS/Shannon Stapleton

Les classes populaires blanches américaines font l’objet de nombreux stéréotypes et clichés. En résumé, leur réputation se résume souvent à trois expressions: armes à feu, Dieu et républicains.

Mais une étude qui vient d’être publiée par le Public religion research institute (PRRI) donne un aperçu un peu plus nuancé de cette population qui représente un des groupes les plus visés par les campagnes des deux candidats à l’élection présidentielle, et pour cause: il représenterait 36% de la population totale américaine.

Le sondage définit le groupe comme des «Américains blancs non-hispaniques qui n’ont pas de diplôme universitaire de quatre ans et qui ont un travail non-salarié [payé à l’heure et non par un salaire fixe]», et compare ce groupe aux Américains blancs qui sont allés à l’université.

Mitt Romney a une avance de plus de 10 points sur Obama chez les électeurs blancs populaires (48% contre 35%) en termes d'intention de vote, mais les choses se compliquent quand on y regarde dans le détail. Romney est devant chez les électeurs du sud et les hommes de ce groupe, mais n’a pas d’avance significative sur le président sortant chez les catholiques, les femmes et les non-sudistes du groupe.

Un résultat est particulièrement révélateur: aucun des deux candidats n’est particulièrement apprécié par la catégorie: seuls 45% affirment avoir une opinion favorable de Romney, seulement un point de pourcentage de plus que pour Barack Obama. «Ces électeurs ne sont pas particulièrement séduits par l’un ou l’autre des candidats», explique Daniel Cox, qui a mené les travaux, au Washington Post. Pour comparaison, George W. Bush avait 51% d’opinions favorables dans le même sondage.

Le sondage du PRRI montre que les électeurs de la classe ouvrière américaine ne se conforment pas à tous les stéréotypes qui leurs sont attribués, mais certaines de leurs caractéristiques conservatrices supposées sont également vérifiées. 60% des personnes du groupe pensent ainsi que la discrimination contre les blancs est aussi problématique que la discrimination contre les noirs. 57% pensent que les immigrés illégaux prennent leurs emplois et sont la cause des problèmes économiques. Et 70% pensent que Dieu a donné aux Etats-Unis une «place spéciale dans l’histoire humaine».

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte