Monde / Politique

Démission de Tim Pawlenty, le coprésident de la campagne de Romney

Temps de lecture : 2 min

Tim Pawlenty lors d'un meeting de Mitt Romney dans le New Hampshire, le 15 juin 2012. REUTERS/Larry Downing.
Tim Pawlenty lors d'un meeting de Mitt Romney dans le New Hampshire, le 15 juin 2012. REUTERS/Larry Downing.

Tim Pawlenty, le coprésident de la campagne de Mitt Romney, a démissionné de son poste et abandonné la campagne républicaine pour devenir PDG d’un groupe de lobbying financier à Washington, le Financial Services Roundtable, rapporte The Atlantic. Un lobby qui défend les intérêts des grosses banques, des compagnies d’assurance et d’autres acteurs majeurs du monde de la finance.

Le Financial Services Roundtable a expliqué dans un communiqué que Tim Pawlenty, ancien gouverneur du Minnesota et candidat à la primaire républicaine, devait abandonner son rôle dans la campagne car ce groupe de lobbying est bipartisan.

Une idée reprise sur Twitter par le journaliste de NBC News Andrew Rapperty, qui indique: «Il cherchait un boulot dans le secteur privé depuis qu’il s’est retiré de la course. Il a dû démissionner car c’est un boulot bipartisan.»

Tim Pawlenty faisait partie des favoris pour la vice-présidence, mais Paul Ryan a été choisi à sa place. Lors de la convention républicaine en Floride, il avait expliqué au New York Times:

«Je suis juste un bénévole, donc j’ai d’autres choses à faire. Alors tant que mon emploi du temps me le permets, j’irai faire des discours en son nom.»

A sept semaines de l’élection présidentielle, cette décision est surprenante. Un tweet du journaliste de Politico, Alex Burns, indique:

«Blagues à part, l’information sur Pawlenty est très surprenante. Ce mec s’est présenté à la présidence en tapant sur les relations incestueuses entre les grandes entreprises, le gouvernement et les grands syndicats.»

Le journaliste de Slate.com Dave Weigel plaisante de son côté: «J’ai hâte de lire la nouvelle rubrique hebdomadaire de @timpawlenty dans @MotherJones» —en référence au magazine de gauche qui a publié les vidéos de Romney.

Richard Adams, un journaliste du Guardian, ironise quant à lui: «Tim Pawlenty veut juste se rapprocher des gens normaux. Alors il a abandonné Mitt Romney pour rejoindre les lobbyistes de K Street [une rue de Washington, connue pour héberger de nombreux lobbys et think tanks, NDLR] en faveur des banquiers de Wall Street.»

Newsletters

Las des moqueries, le village autrichien Fucking va changer de nom

Las des moqueries, le village autrichien Fucking va changer de nom

Panneaux volés, ébats sexuels devant les pancartes de la ville... les autorités locales en ont marre.

Comment les États-Unis de Biden vont-ils se comporter avec le reste du monde?

Comment les États-Unis de Biden vont-ils se comporter avec le reste du monde?

C'est fait, ou presque. On connaît enfin le nom du prochain secrétaire d'État des États-Unis. Ce sera Antony Blinken, un francophone fan de rock. C'est l'une des premières nominations annoncées par Joe Biden et beaucoup semblent s'en satisfaire. L...

«Biden ne fera rien pour nous»: de Hong Kong à Taïwan, ces fans de Trump déçus

«Biden ne fera rien pour nous»: de Hong Kong à Taïwan, ces fans de Trump déçus

Tout au long de son mandat, Donald Trump a amassé un bon nombre de supporters en Asie de l'Est, qui ne sont pas prêts à le laisser partir.

Newsletters