Monde / Politique

Vidéo de Romney et des 47%: va-t-elle lui coûter l'élection?

Temps de lecture : 2 min

Catpure d'écran de la vidéo de Mother Jones
Catpure d'écran de la vidéo de Mother Jones

Mitt Romney vient-il de perdre les élections présidentielles américaines? C’est l’avis de certains commentateurs politiques américains, et le titre choisi par le site économique Bloomberg, après la diffusion lundi 18 septembre d’une vidéo sur laquelle on voit le candidat républicain décrire la moitié des Américains, ceux qui votent pour Barack Obama, comme des «gens qui ne payent pas l’impôt sur le revenu» et qui «dépendent du gouvernement».

Bien sûr, il reste de longues semaines de campagne au cours desquelles beaucoup de choses peuvent encore se passer. Mais les mots choisis par Romney pour décrire les électeurs de Barack Obama lors d’un dîner avec de riches donateurs en mai, et dont le site libéral (de gauche aux Etats-Unis) américain Mother Jones a mis en ligne des vidéos, risquent de résonner encore longtemps aux oreilles de certains Américains:

«Il y a 47% de gens qui voteront pour le président quoi qu’il arrive. D’accord, il y a 47% qui sont avec lui, qui dépendent du gouvernement, qui croient qu’ils sont des victimes, qui pensent que le gouvernement a la responsabilité de s’occuper d’eux, qui pensent avoir droit à des soins médicaux, à de la nourriture, à un logement etc. Que c’est un droit. Et que le gouvernement doit leur fournir. Et ils voteront pour ce président quoi qu’il arrive… Ces gens ne paient pas d’impôt sur le revenu… Mon boulot n’est pas de me préoccuper d’eux. Je n’arriverai jamais à les convaincre qu’ils devraient prendre leurs responsabilités et s’occuper d’eux-mêmes.»

Le candidat républicain a choisi d’assumer les propos tenus dans la vidéo. S’il concède que ses commentaires n’étaient pas «tournés de manière élégante» et qu’ils ont été faits de manière spontanée, pas préparée, il maintient qu’Obama se fonde sur un gouvernement qui aide les gens tandis que son approche à lui est ancrée dans la libre entreprise, rapporte USA Today.

L’équipe de campagne du président Obama n’a pas tardé à réagir aux images à travers son directeur Jim Messina, qui a déclaré:

«Qu’un candidat à la présidence des Etats-Unis déclare derrière des portes fermées à un groupe de riches donateurs que la moitié des Américains se voient comme des victimes, ont droit à des cadeaux et ne sont pas prêts à prendre leurs vies en main est choquant.»

Mais tous les commentateurs ne voient pas la vidéo comme un tournant dans la campagne. Jonah Goldberg estime sur le site conservateur National Review Online que les «gaffes» sont rarement aussi dévastatrices que ce qu’espèrent les adversaires de leurs auteurs. Il rappelle comment la campagne d’Obama avait rebondi en 2008 après la fuite d'une vidéo où il se plaignait que les Démocrates de Pennsylvanie étaient trop conservateurs et religieux pour voter pour lui.

Newsletters

Une femme violée dans un train en Pennsylvanie sous le regard des passagers passifs

Une femme violée dans un train en Pennsylvanie sous le regard des passagers passifs

L'agression a duré huit minutes, selon les caméras de vidéo surveillance, sans que personne n'intervienne.

Les scénarios d'une Allemagne post-Angela Merkel

Les scénarios d'une Allemagne post-Angela Merkel

Tandis que l'actuelle chancelière cédera bientôt sa place, l'avenir de la politique allemande au sein de l'Union européenne fait l'objet de nombreux débats et incertitudes.

L'Algérie veut-elle la défaite d'Emmanuel Macron?

L'Algérie veut-elle la défaite d'Emmanuel Macron?

L'escalade des tensions entre les deux pays et la rude précampagne électorale française mettent le président sortant dans une posture délicate.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio