Elections-US-2012USA 2012Monde

Une réélection de Barack Obama ferait le bonheur des marchands d'armes américains

Pierrick de Morel, mis à jour le 17.09.2012 à 23 h 19

DVIDSHUB via Flickr CC License by

DVIDSHUB via Flickr CC License by

Une éventuelle réélection de Barack Obama à la Maison Blanche le 6 novembre prochain aurait des conséquences sur les ventes d’armes aux Etats-Unis. Selon le Wall Street Journal, de nombreuses compagnies d’armement américaines s’attendent en effet à une hausse de leurs ventes, comme ce fut le cas en 2008 après la première élection de l'actuel locataire de la Maison blanche. Cause principale de cette possible future effervescence: la crainte que le président américain ne profite d'un second mandat pour compliquer la vente d’armes aux Etats-Unis.

Problème: cette mesure serait hautement impopulaire auprès de l’opinion publique américaine, plutôt prompte à s’armer après les récentes tueries qui ont eu lieu aux Etats-Unis cet été. Le Nouvel Obs rappelle ainsi que le démocrate Al Gore avait perdu l’élection en 2000 pour avoir fait du renforcement de la législation sur les armes l’un des axes de son programme.

Conscient qu'une telle mesure pourrait coûter des voix à Barack Obama, son équipe de campagne tente de rassurer l'opinion publique américaine. Adam Fetchter, l’un des porte-parole du candidat démocrate, a ainsi tenu à clarifier la position du chef de l'Etat américain:

«Le programme du président Obama montre clairement que ce dernier soutient et respecte le Second Amendement et la tradition de pouvoir posséder une arme aux Etats-Unis, et qu’il va continuer à lutter contre toute tentative d’induire en erreur les électeurs.»

Après la tuerie d’Aurora, durant laquelle un homme avait abattu 12 personnes et en avait blessé 58 autres dans un cinéma près de Denver le 20 juillet dernier, le président américain avait ainsi salué «les traditions des propriétaires d'armes, qui sont passées de génération en génération. La chasse et le tir sportif font partie d'un héritage national que nous chérissons», ajoutant cependant que «la majorité des propriétaires d'armes seraient d'accord sur le fait que nous devrions faire tout notre possible pour empêcher les criminels et les fugitifs d'acheter des armes; que nous devrions vérifier le casier judiciaire de quelqu'un avant qu'il puisse aller chez un armurier; qu'un individu instable ne devrait pas pouvoir pas s'emparer d'une arme aussi facilement».

Pierrick de Morel
Pierrick de Morel (70 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte