Elections-US-2012USA 2012Monde

Le top 10 des articles de campagne Obama et Romney les plus kitsch

Pauline Moullot, mis à jour le 17.09.2012 à 9 h 14

Un masque de Mitt Romney à Milwaukee le 31 mars 2012. REUTERS/Darren Hauck

Un masque de Mitt Romney à Milwaukee le 31 mars 2012. REUTERS/Darren Hauck

Le kitsh a envahi le merchandising politique américain. C’est une «folie du merchandising»  décrite par le Guardian.

Le journal indique que «si le merchandising politique désignait avant des tee-shirts mal imprimés, des autocollants, et des tasses qui se décoloraient dans le lave-vaisselle, les élections américaines de 2012 vont changer tout ça».

Un Démocrate qui soutient Obama peut désormais «faire frire ses œufs avec une spatule à son nom, se faire un Martini dans un verre à cocktail 2012 ou montrer l’allégeance de son chat en lui mettant un collier “les chats pour Obama”».

Le blog Hello Giggles a recensé les produits Obama et Romney les plus kitsch que l’on peut trouver sur les boutiques en ligne des candidats.

En dixième place, on trouve tout simplement des badges d’Ann et Mitt Romney avec des sourires un peu effrayants. Toujours avec les badges, les Démocrates proposent un sac à main recouvert de badges pour Obama 2012.

Hello Giggles s’interroge.

«Pourquoi t’embêter à trouver 44 badges et un cabas pour les accrocher dessus, et ouvrir tous ces fermoirs puis les fermer et mettre un pansement sur tes doigts percés alors que tu pourrais simplement acheter un sac qui te donne l’air d’avoir passé ces quatre dernières années inscrit dans un cours d'initiation de badges pour Barack?! Apporte-le au marché ou à l’école ou encore mieux, laisse-le simplement vide et porte-le n’importe où puisqu’il doit bien peser 5 kilos avec tout ce métal. Bizarre.»


L’étui de protection pour iPhone aux couleurs de Romney est lui aussi du meilleur goût. A peu près autant que le collier pour chat qui indique: «Je miaou pour Michelle».

La palme est accordée au sweat-shirt qui ne soutient ni Barack, ni Michelle mais leur chien Bo. Avec un jeu de mot «j’aboie pour Barack» (en anglais, aboyer se dit Bark).

Le Guardian rappelle que l'affiche  Hope de Shepard Fairey en 2008 s'est par exemple vendue à 6.000 dollars et que ce merchandising permet de lever des fonds. 

Rana Reeves, fondateur de l’agence de marketing John Doe, explique qu’acheter quelque chose plutôt qu’effectuer un don plaît à un «segment plus jeune. Les jeunes comprennent le consumérisme. Ils veulent quelque chose en retour et cela devient une transaction».

Photos des boutiques en ligne d'Obama et Romney.

Pauline Moullot
Pauline Moullot (146 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte