Monde / Politique

Mitt Romney se fait «John Kerry-iser» par les Démocrates sur la guerre en Afghanistan

Temps de lecture : 2 min

John Kerry pendant la convention démocrate à Charlotte, en Caroline du Nord, le 6 septembre 2012. REUTERS/Jim Young
John Kerry pendant la convention démocrate à Charlotte, en Caroline du Nord, le 6 septembre 2012. REUTERS/Jim Young

Mitt Romney est en train de perdre du terrain sur un thème on ne peut plus républicain: la guerre en Afghanistan et l'armée. Parmi ses plus grands oublis, le candidat républicain n'a par exemple pas cité ou remercié les troupes dans son discours de convention, un faux pas dont s'est immédiatement emparée la campagne démocrate.

Le camp Obama en profite pour dire que Romney serait un mauvais commander in chief (chef des armées), et compte bien continuer tout au long de la campagne. Un revirement de situation d'autant plus ironique que c'est exactement la façon dont les Républicains ont attaqué John Kerry en 2004, mettant en cause ses états de service au Vietnam et critiquant ses positions anti-guerre.

Politico décrit même une «Kerry-isation» de Mitt Romney. L'équipe de Romney affirme qu'il a fait passer ces questions au deuxième plan dans son discours et sa campagne parce qu'il veut se concentrer sur l'économie, mais des responsables républicains sont mécontents de cette faiblesse, qui d'après eux pourrait avoir un effet négatif sur le parti.

Les conseillers d'Obama ont dit au site politique américain qu'ils comptaient se servir du discours de Romney pour souligner qu'il n'était pas franc sur ce qu'il ferait en termes de politique étrangère, notamment auprès d'anciens combattants et de familles de militaires dans des Etats clés comme la Caroline du Nord. Le parti républicain est traditionnellement le parti des militaires et des anciens combattants, le problème électoral est donc réel pour le candidat. D'autant qu'un sondage de CNN de ce lundi 10 septembre affirme que 54% des gens susceptibles de voter estiment qu'Obama gèrerait mieux la politique étrangère, contre 42% pour Romney.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

La Kerry-isation passe aussi par Kerry: à la convention démocrate, l'ancien candidat attaqué sur l'armée a lui-même attaqué le Républicain, le faisant apparaître comme un «flip-flopper», un opportuniste qui change d'avis sur la guerre en Afghanistan comme de chemise. John Kerry aide aussi Barack Obama à se préparer aux débats d'octobre, en jouant le rôle... de Mitt Romney bien sûr.

Newsletters

De sévères inondations au Bangladesh et en Inde font au moins 57 morts

De sévères inondations au Bangladesh et en Inde font au moins 57 morts

Près de deux millions de personnes se sont également retrouvées bloquées, et des milliers d'habitations ont été emportées par les violentes crues qui se sont abattues sur la région.

AfD-Leaks: les fuites qui embarrassent l'extrême droite allemande

AfD-Leaks: les fuites qui embarrassent l'extrême droite allemande

Appels à prendre les armes contre l'opposition, injures homophobes et dissensions internes... Des conversations internes de l'AfD ont été rendues publiques et achèvent d'écorner l'image du parti d'extrême droite.

Que faut-il savoir sur la variole du singe?

Que faut-il savoir sur la variole du singe?

Même si la prudence reste de mise, inutile de paniquer, les infections restent bénignes dans la grande majorité des cas.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio