Partager cet article

Paul Ryan, le colistier de Mitt Romney, qualifie le viol de «méthode de conception»

Paul Ryan en campagne dans le Wisconsin pour Mitt Romney, le 30 mars 2012. REUTERS/Darren Hauck.

Paul Ryan en campagne dans le Wisconsin pour Mitt Romney, le 30 mars 2012. REUTERS/Darren Hauck.

Une remarque est passée inaperçue la semaine dernière, note le Huffington Post, au milieu de toute la polémique autour des propos du candidat au Sénat Todd Akin sur le «véritable viol».

Cette remarque, c'est pourtant Paul Ryan qui l'a prononcée, soit le candidat républicain à la vice-présidence des Etats-Unis. Interrogé par une chaîne de télé de l'Etat de Virginie sur l'avortement, et plus précisément sur l'avortement en cas de viol, il a qualifié le crime de «méthode de conception»:

Le journaliste: «Vous êtes pro-vie, vous êtes catholique, mais plus spécifiquement [nos télespectateurs voudraient savoir] ce que vous pensez du viol, si ça devrait être légal pour une femme de pouvoir avorter si elle est violée.»

Paul Ryan: «Je suis très fier de mon action en tant que pro-vie, et j'ai toujours adopté la position de dire que la méthode de conception ne change pas la définition de la vie.»

Pour Paul Ryan, le viol est donc une méthode de conception parmi d'autres. Dans la suite de l'interview, le politicien du Wisconsin rappelle qu'il est sur un ticket avec Mitt Romney et que le possible futur président tient lui à des exceptions à l'interdiction d'avortement, notamment en cas de viol, qu'il respecterait.

Romney, d'autant plus gêné sur ces questions qu'il est loin d'avoir toujours été pour de telles exceptions, a interdit à un journaliste de lui poser des questions sur Akin et l'avortement la semaine dernière.

Sur le blog RH Reality Check, Amanda Marcotte (qui écrit également pour Slate.com) souligne que le problème de qualifier le viol de méthode de conception va encore plus loin que la minimisation de ce crime, puisqu'il relègue les femmes au rang de moyen de conception:

«Cela fait partie d'une façon plus large de considérer les femmes comme rien d'autre que des ventres. Nous dénonçons la pseudo-science et la pensée magique qui a mené Akin à assurer que le viol ne peut pas causer une grossesse, mais toute cette perception de la femme est également basée sur une pensée magique. Le refus de voir que les femmes sont des êtres humains à part entière, et pas des usines à bébés à qui on a accidentellement accordé le droit de vote, défie également la compréhension scientifique de base.»

C.D.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte