« article précédent

article suivant »

Selon le républicain Todd Akin, une femme tombe rarement enceinte en cas de «vrai viol»

Capture d'écran de la vidéo de Todd Akin.

Todd Hakin, candidat républicain au Sénat pour le Missouri, était interrogé à la télévision, dimanche 19 août, dans le cadre de sa campagne. Il répondait notamment à des questions sur l'avortement, dont une portait sur sa position sur l'avortement en cas de viol.

Réponse en VO:

«From what I understand from doctors, [pregnancy from rape] is really rare. If it's a legitimate rape, the female body has ways to try to shut that whole thing down.»

En VF, Todd Akin affirme que, d'après ce qu'il a compris en écoutant des médecins, tomber enceinte après un viol est très rare parce que le corps féminin a des moyens d'empêcher «tout ça» en cas de «vrai» viol.

Ou «en règle» ou «dans les règles de l'art» pour d'autres traductions qui évoquent bien tout ce qu'il y a de dérangeant dans ce concept qui différencierait plusieurs types de viols, les viols reconnus comme tels par le corps, ce qui du coup empêcherait magiquement de tomber enceinte, et les viols pas reconnus par le corps –ce qui sous-entend, n'est-ce pas, que ce ne sont pas vraiment des viols– et à la suite desquels les femmes tomberaient enceinte (ce qui ne serait pas gênant, dans l'esprit d'Akin, puisque ce ne sont pas des vrais viols!).

Dans la suite de la vidéo, Todd Akin explique que, dans les cas où cette opération hautement scientifique du corps féminin n'aurait pas lieu –«Disons que peut-être ça n'a pas marché, ou quelque chose du genre»–, l'avortement ne devrait tout de même pas être autorisé, parce que «la punition devrait être contre le violeur, et ne pas attaquer l'enfant».

Après les réactions médiatiques et celle de sa rivale, la démocrate Claire McCaskill, qui a entre autres travaillé comme procureur et s'est dite «choquée» des propos d'Akin sur les victimes de viol, le Républicain a publié un communiqué de presse expliquant:

«Il est clair que j'ai fait une erreur en parlant comme ça dans cette interview, et elle ne reflète pas la profonde empathie que j'ai pour les milliers de femmes qui sont violées et abusées chaque année. Ceux qui commettent ces crimes sont le pire de notre société et je serai le plus grand avocat de leurs victimes au Sénat.»

Pas de précisions sur les docteurs ou les études affirmant que les femmes ne tombent pas enceintes quand elles sont «vraiment violées». Talking Points Memo note en revanche qu'une étude de 1996 du Journal américain des gynécologues et des obstétriciens a trouvé que «des grossesses liées au viol ont lieu à une fréquence significative», avec environ «32.101 grossesses résultant du viol chaque année».

Todd Akin a ensuite publié un tweet pour clarifier ses éclaircissements:

«Pour être clair, nous comprenons tous que le viol peut résulter en une grossesse, et j'ai beaucoup d'empathie pour toutes les victimes. Je regrette d'avoir parlé comme ça.»

Jezebel note que tout le monde devrait être très énervé des remarques de Todd Akin, mais pas nécessairement choqué: après tout, il était notamment l'un des cosignataires d'une proposition de loi qui aurait limité les financements fédéraux aux avortements de victimes de  forcible rapes, qu'on pourrait traduire par viols avec violence (alors que, comme on l'a déjà écrit, pas besoin de violence pour qu'il y ait viol).

Mitt Romney a pris ses distances avec les propos du Républicain dans un communiqué:

«Le gouverneur Romney et le député Ryan ne sont pas d'accord avec les propos de M. Akin. Une administration Romney-Ryan ne s'opposerait pas à l'avortement en cas de viol.»

C.D.

4 réactions

« article précédent

article suivant »

OUTILS
> taille du texte