JO-Londres-2012JO Londres 2012 directMonde

JO 2012: pourquoi la Corée du Nord gagne tant de médailles

Fabien Jannic-Cherbonnel, mis à jour le 31.07.2012 à 12 h 52

Om Yun-Chol célèbre sa médaille d'or en haltérophilie le 29 juillet 2012 à Londres. REUTERS/Dominic Ebenbichler.

Om Yun-Chol célèbre sa médaille d'or en haltérophilie le 29 juillet 2012 à Londres. REUTERS/Dominic Ebenbichler.

Cela fait trois jours que la compétition des Jeux olympiques a commencé. Et la surprise vient des performances de la Corée du Nord, qui  se classe 4e, devant l'Italie et juste derrière la France. Le régime autoritaire a déjà gagné trois médailles d’or et une médaille de bronze. «Mais quel est le secret de la Corée du Nord?» se demande June Thomas sur Slate.com.

D’après l’un des gagnants des médailles d’or, tout le mérite revient au défunt leader de la Corée du Nord. Quand Om Yun-chol gagne l'épreuve d'haltérophilie dimanche 29 juillet, il explique à l’Olympic News Service, l'agence de presse officielle des JO:

«Je crois que le grand Kim Jong-il veille sur moi.»

En plus de l’hypothèse de l’intervention d'outre-tombe, la Guerre froide a montré que les régimes les plus idéologiques passent souvent beaucoup de temps à essayer d'être les meilleurs dans les compétitions sportives. Et on ne peut que remarquer que les athlètes du pays sont mieux nourris que la vaste majorité de leurs compatriotes.

Mais d’après un expert de la Corée du Nord interviewé par The Guardian, Brian Myers, la réussite sportive n’est pas centrale dans la croyance du régime en sa supériorité:

«La Corée du Nord revendique seulement une supériorité morale. Ce n’est pas un gros problème pour eux s’ils ne sont pas capables de gagner des médailles d’or dans différentes disciplines. Si ils en obtiennent quelques-unes ils attribueront ça à leur capacités morales uniques et les athlètes remercieront leur leader pour les avoir inspirés.» 

Toujours d'après The Guardian, dans un séminaire qui a eu lieu à Pyongyang en mai dernier, un intervenant a expliqué que les athlètes nord-coréens devaient «laisser tomber les règles et méthodes de style coréennes durant chaque match».

Et si le secret de la Corée du Nord, c'était que justement il n'y en avait pas et que le pays jouait comme tout le monde? Comme le raconte June Thomas, Om, qui était classé 11e dans le monde en 2011, a pu faire sa première épreuve tôt dans la journée avec le groupe B, moins intimidant et moins fort sur le papier. Cela lui a donc permis d'arriver en forme face aux favoris de la compétition huit heures plus tard. On est loin de la démonstration de force.

Fabien Jannic-Cherbonnel
Fabien Jannic-Cherbonnel (121 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte