JO-Londres-2012JO Londres 2012 directMonde

JO: le premier spectacle son et lumière piloté par Twitter

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 24.07.2012 à 11 h 48

London eye / Seba Sofariu via Flickr CC Licence By

London eye / Seba Sofariu via Flickr CC Licence By

Ce sera «le premier spectacle son et lumière piloté par les utilisateurs de réseaux sociaux», écrit The Telegraph. The London Eye, la grande roue de Londres située au bord de la Tamise, va servir tout au long des JO de thermomètre d’ambiance… en adoptant un éclairage évolutif censé représenter l’humeur des twittos.

Derrière l’opération, EDF Energy, fournisseur officiel d’électricité de Londres 2012 et sponsor de la grande roue, qui a baptisé l’opération «Energy of the Nation». Depuis plusieurs mois, un groupe d’étudiants du Massachusetts Institute of Technology (MIT) et un professeur britannique spécialiste de l’analyse linguistique des médias sociaux, Mike Thelwall, traquent les tweets liés aux JO envoyés depuis le Royaume-Uni.

L’équipe de chercheurs a développé un algorithme, «Sentistrength», pour repérer l’humeur des twittos et déterminer si cette dernière est positive ou négative, à partir d’un lexique de 2.750 mots et expressions en rapport avec les JO. Même les smileys et la ponctuation ont été pris en compte dans la mesure de l'humeur: des «!!!» boostent l'humeur positive alors que des «!?!?» la font en revanche sombrer...

Le show a lieu tous les soirs à 21 heures depuis le 19 juillet, et se poursuivra pendant toute la durée des Jeux olympiques et paralympiques. Si l’humeur majoritaire est négative, la roue s'éclaire en violet. Si elle est positive, en jaune. Si elle est neutre, la roue émet des rayons verts…

Le processus expliqué sur le site EDF Energy

Comme l’explique le professeur au Telegraph, «l’algorithme que nous avons développé convertit des émotions sociales en couleurs et en mouvements et les tweetent ensuite au spectacle son et lumière. Nous illustrons 24 heures d’action en 24 minutes d’un concert visuel qui prend en compte les pics et les creux émotionnels de la journée».

Il s’agira donc d’une sorte de «Batsignal pour ceux qui sont trop feignants pour consulter leur propre smartphone», écrit CBS Sports.

L’analyse automatisée de sentiments, qui fait avec le London Eye sa promotion publique, pourrait devenir un marché important, juge The Telegraph. Elle est déjà utilisée par de nombreuses agences de marketing et marques pour observer comment les entreprises sont perçues en temps réel par les utilisateurs.

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (990 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte