Guor Marial: l'athlète qui participera aux JO sans passeport ni pays

Guor Marial s'entraine en Arizona. REUTERS/Darryl Webb

Guor Marial s'entraine en Arizona. REUTERS/Darryl Webb

Guor Marial, un marathonien de 28 ans, va participer aux JO en portant les couleurs… du drapeau olympique, rapporte Associated Press.

Réfugié aux Etats-Unis en 2001, il n'a pas la nationalité américaine et ne peut donc pas courir sous les couleurs du drapeau étoilé. Quant à son pays d'origine, le Sud-Soudan, Etat le plus jeune du monde créé en juillet 2011 après 20 ans de conflit avec le Soudan, il ne possède pas encore d’équipe olympique.

L’athlète avait refusé de participer au nom du Soudan, après la séparation des deux pays. Il a expliqué à CNN les raisons de son refus.

«Jamais. Pour moi, rien que considérer cette possibilité est une trahison. J’ai perdu 28 membres de ma famille dans cette guerre avec le Soudan. Des millions de personnes ont été tuées par les forces soudanaises. Je peux seulement pardonner, mais je ne peux pas honorer et glorifier un pays qui a tué les miens».

Guor Marial s’est échappé d’un camp de travail forcé au Soudan à l’âge de huit ans. Il a vécu en Egypte avant d’atteindre les Etats-Unis. «Je détestais courir. Je devais courir pour rentrer chez moi pour sauver ma vie», explique-t-il.

Il a ensuite rejoint l’équipe de course de son lycée du New Hampshire, avant d’obtenir une bourse athlétique à l’université d’Iowa State. Il s’est qualifié aux Jeux olympiques de Londres en octobre 2011 en courant un marathon en 2 heures, 14 minutes et 32 secondes, un temps qu’il a battu depuis.

Guor Marial courra sous le drapeau des JO, son maillot ne portera l’emblème d’aucune nation et si jamais il gagne, l’hymne des JO sera joué. S’il ne peut pas espérer gagner une médaille, il pourrait arriver dans le top 10 ou 20 des jeux.

«Même si je ne peux pas porter son drapeau, je serai le drapeau de ma nation. Le Sud-Soudan sera dans mon cœur».

Selon CNN, il portera tout de même un petit bracelet noir avec son nom et un minuscule drapeau du Sud-Soudan à son poignet.

Trois autres athlètes, originaires des Antilles néerlandaises participeront aussi aux jeux de 2012 en tant qu’indépendants.

En 1992, aux JO d’hiver d’Albertville et à ceux d’été de Barcelone des athlètes avaient couru pour l’équipe «unifiée», des athlètes de l’ex-URSS qui courait sous le drapeau olympique. A Sydney en 2000, les athlètes originaires du Timor oriental avaient aussi participé aux jeux sous le drapeau olympique, leur pays n’étant alors pas encore indépendant.