PresidentiellePrésidentielle 2012 live directMonde

«Guten Tag, Monsieur Normal!»

Annabelle Georgen, mis à jour le 07.05.2012 à 17 h 09

REUTERS

REUTERS

«Adieu Sarkozy, bonjour Hollande!», «Guten Tag, monsieur Normal!», «Bonjour, chancelière! C'est maintenant l'homme le plus important de votre vie politique!», titre aujourd'hui la presse allemande, qui salue à l'unisson le nouveau président français.

«Adieu campagne, bonjour réalité», titre lui le Süddeutsche Zeitung, qui appelle la France à garder les pieds sur Terre:

«La France doit maintenant faire face à la réalité. Cela vaut particulièrement pour François Hollande, qui est le premier socialiste à avoir conquis l'Elysée depuis Mitterrand. Les réformes que ses prédécesseurs ont négligées lui incombent. Après la victoire de Mitterrand en 1981, la gauche pouvait encore profiter de son triomphe –nationalisations, moins de travail, plus de retraite. Ce n'est qu'en 1983 que Mitterrand a soudain dû commencer à économiser. Cette fois, les socialistes n'ont pas autant de temps pour jouer. La situation financière de la France est dangereuse. L'Europe et les investisseurs du monde entier vont réagir immédiatement si Paris se jette dans l'aventure. Hollande devrait utiliser cette pression pour contrôler la gauche radicale et imposer des réformes. Espérons qu'il le fera.»

Mais cette mise en garde n'empêche pas le journal de voir en Hollande «un meilleur partenaire» pour Merkel:

«Merkel reçoit un partenaire avec lequel elle peut relever le défi de l'Europe: l'assainissement des Etats et le développement d'un modèle social qui peut exister dans le monde nouveau. Si les deux réussissent, l'histoire couronnée de succès de l'Europe se poursuivra. S'ils échouent, la peur, la frustration et la colère des citoyens pourraient conduire un populiste nationaliste à l'Elysée en 2017

L'hebdomadaire Spiegel est également confiant dans l'entente du couple «Merkhollande » :

«Bien sûr qu'il sera un partenaire de négociation compliqué pour Angela Merkel, mais il verra qu'elle peut aussi être compliquée. Il veut un programme de conjoncture, elle veut la discipline budgétaire. S'ils sont intelligents, ils finiront par se mettre d'accord –sur une ligne de conduite qui leur permettra de garder la face dans leurs pays respectifs. Ils n'ont aucun intérêt dans un blocus réciproque

Le quotidien FAZ se plaît à décrypter «le triomphe du perdant-né», de celui en qui personne ne croyait lorsqu'il s'est présenté à la primaire du PS, «en qui ses camarades de parti jusqu'à sa compagne d'alors ne voyaient avant tout qu'un perdant-né», tandis que l'hebdomadaire Stern énumère avec ironie les cinq raisons pour lesquelles l'Allemagne va regretter Sarkozy:

«Parce que nous ne verrons plus Carla Bruni si souvent, parce qu'après Berlusconi, nous perdons à nouveau un macho, parce que personne ne se laisse soutenir par l'économie avec tant de désinvolture [référence aux vacances sur le yacht de Bolloré], parce que Vladimir Poutine voit disparaître un concurrent [sur le plan sportif], et parce qu'on aura plus droit aux roucoulements de Merkozy.»

Annabelle Georgen
Annabelle Georgen (343 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte