Boire & mangerSlatissime

Delicieuses adresses sur la Côte d'Azur (pour changer de Cannes)

Nicolas de Rabaudy, mis à jour le 18.05.2014 à 12 h 51

Un plat aux Pêcheurs, photo fournie par Le Cap d'Antibes Beach Hotel

Un plat aux Pêcheurs, photo fournie par Le Cap d'Antibes Beach Hotel

Cap d’Antibes Beach Hotel

A deux pas du mythique Cap-Eden-Roc, le long de la mer, l’ancienne Maison des Pêcheurs, un restaurant fameux des années 1960 spécialisé dans la bouillabaisse, a été transformé en hôtel de plage par la famille Ferrante qui fut propriétaire du night-club la Siesta et du Juana à Juan-les-Pins où Alain Ducasse a décroché un poste de chef deux étoiles –ce fut le début dans les années 1980 de son ascension sur la Riviera.

Au début des années 2000, le père et les deux fils Ferrante, hôteliers dans l’âme, ont eu la bonne idée de construire sur les ruines de la Maison des Pêcheurs un bel hôtel au cœur de la pinède, bien intégré au paysage marin, un bâtiment contemporain de verre, de métal et de bois tout en longueur débouchant sur la Grande Bleue. C’était le vœu de la municipalité d’Antibes et des Monuments de France, pas de béton en hauteur, du charme, des dimensions réduites, pas plus de trente chambres et la crique préservée: on vit sur la plage privée, terrasses, baignades, farniente et surf sur 200 mètres de sable fin et chaud, piscine chauffée adjacente. Un rêve de vacances sur la Côte d’Azur.

Où sont les plages d’hôtels encore existantes? Ce site antibois est unique, face aux îles de Lérins et au massif de l’Estérel: nombreuses œuvres d’art dans le jardin et une terrasse solarium pour le bronzage et les dîners sous le ciel bleu. C’est en cela que ce Beach les pieds dans l’eau, affilé aux Relais & Châteaux en 2010, reste une adresse secrète, nichée dans la verdure. Certains amoureux du lieu restent un mois –au moins 50% d’étrangers l’été.

Deux restaurants menés par Nicolas Navarro, ancien des brigades de Ducasse (il fut un excellent professeur de cuisine) et second du Crillon. Au Cap, la table donne sur la plage: salade niçoise (20 euros), pluma de cochon ibérique grillé (22 euros), piperade froide au jambon cru (18 euros), carpaccio de bœuf au basilic, parmesan et câpres (18 euros), tartare de bœuf œuf mollet (21 euros), Beach Burgers (de 14 à 25 euros), entrecôte de bœuf de 250 ou 400 grammes (25 ou 35 euros), cabillaud épais, tomates frites, olives (26 euros), tiramisu (12 euros). Vin du Château Minuty «M», 50 centilitres (31 euros). On sert sur les chaises longues entre deux séances de brasse.

Les Pêcheurs est l’adresse gastronomique logée dans une belle salle à manger dotée de la vue sur le port et les bateaux. C’est ici que le chef travaille les poissons et crustacés livrés par Tony le pêcheur ou achetés à la criée: le saint-pierre aux tortellini de légumes (49 euros), le turbot doré au beurre salé, piments et courgettes, un beau plat (65 euros), et le loup, la daurade, la sole, le pageot, le rouget vendus au poids selon la marée et les livraisons.

En prélude, la délicate araignée de mer à la ciboulette, légumes croquants fumés à l’amande douce (40 euros), l’œuf de poule, morilles étuvées et sabayon au vin jaune (29 euros), exquise composition, et la soupe de poissons de tradition. Ne pas passer outre les viandes, le cochon de lait noir de Bigorre rôti au serpolet, févettes et chorizo (39 euros), l’agneau de lait de Grasse, très rare, cuit au sautoir, aubergines farcies et tomates (49 euros), et le Black Angus d’Australie fondant et goûteux de 160 ou 300 grammes, cannelloni ricotta (50 ou 70 euros). Soufflé au chocolat (15 euros).

Ce chef inventif et respectueux des produits a conservé l’étoile Michelin et devrait progresser encore en allongeant sa carte de plats niçois ou provençaux, délicats petits farcis niçois qu’on souhaiterait plus nombreux. Beau vin rouge d’Ajaccio d’Abbatucci, une référence en Corse, 43 euros le 2011.

Le Cap d'Antibes Beach Hotel | 10 boulevard du Maréchal Juin 06160 Cap d’Antibes (Alpes-Maritimes). Tél.: 04 92 93 13 30 | Dîner aux Pêcheurs: menus à 85 euros et 125 euros. Carte de 80 euros à 120 euros. Chambres à partir de 390 euros. Petit déjeuner à 29 euros.

Le Nacional, Beef and Wine

Dans le vieil Antibes, en face de la place du Marché, la famille Ferrante a ouvert un restaurant de viandes d’AOC qui fait courir les carnivores de la région pour la sélection des bêtes, les origines, l’âge et la cuisson des viandes (à 800 degrés pour certaines pièces) venues d’Argentine, des Etats-Unis et d’Australie où les chairs sont tendres comme du beurre, régal garanti.

On a le choix entre le cœur de rumsteck Coutancie (Périgord) de 200 ou 300 grammes (25 euros ou 27 euros), le filet Black Angus américain de 200 ou 300 grammes (32 euros ou 48 euros), l’entrecôte australienne persillée XXL, 750 grammes pour deux personnes (100 euros), escortées de frites maison, de haricots verts ou de légumes. Les viandes, êgées de 20 à 27 mois, nourries au maïs sans OGM. Quatre sauces: au poivre, au porto, barbecue et gorgonzola non obligatoires –les viandes sans apprêts sont exigées des amateurs.

Tartares au couteau, carpaccios, burgers, cheeseburgers et bacon burgers (19 euros à 21 euros). Pâtes et ravioli (4 euros à 19 euros).

Le chef Julien Alexandrin, 28 ans, élève doué de Yannick Alleno à Courchevel, est un perfectionniste, obsédé par la fraîcheur, les saveurs vraies, goûtez les pommes purée à la truffe (12 euros). Café liégeois (9 euros). Ce restaurant au patio lumineux, comme un mini Lasserre méditerranéen, a obtenu deux fourchettes au Michelin 2013. Lalande de Pomerol 2010 (7 euros le verre). Café serré excellent. Service amical.

Le Nacional, Beef and Wine 61 place Nationale. Tél. : 04 93 61 77 30 | Menus au déjeuner à 19 euros, 24 euros et 29 euros avec vins et café. Carte de 50 euros à 90 euros.

Château de la Bégude

Entre la Méditerranée et le massif des Maures, cet ancien relais de poste du XVIIe siècle, aménagé comme une bastide provençale, se dresse en lisière du très beau golf d’Opio, entre Cannes, Grasse et Nice. Loin des hordes de badauds et de vacanciers en tongs et débardeurs, voici une île verte d’une totale sérénité, bordée par un parc aux cyprès et essences rares: une escale idéale pour un séjour de repos, de carpe diem pour dire le vrai. C’est la Côte d’Azur à la campagne, du farniente près de la piscine, tennis, pétanque et deux parcours de golf, practice, putting green et stages pour quart de la clientèle.

En cuisine, Gabriel Degenne, ancien chef du Romano sur le port de Cassis, réjouit ses hôtes par un ensemble de préparations élégantes, goûteuses: le homard et l’asperge de printemps (26 euros), la crevette bleue en tartare, concombre et caviar français (28 euros), le bœuf cuit au sautoir aux pommes de terre et foie de canard, belle assiette (38 euros), les ris de veau si recherchés par les amateurs, colorés aux graines de fenouil (34 euros), le carré d’agneau rôti au thym et légumes (32 euros). Une carte courte enrichie de quatre desserts dont le chocolat mi-cuit Guanaja et la quenelle au caramel (12 euros).

Au menu (45 euros), l’asperge verte gratinée au parmesan, la longe de porc et une exquise polenta, un petit chef-d’œuvre de légèreté. Menu prestige, quatre assiettes et zakouskis (65 euros). Menu dégustation de huit plats (95 euros). A signaler, les dîners à quatre mains mitonnés par Degenne et un chef ami, un joli festin qui attire les fins becs de la région –et il y en a! Rouges et rosés de Provence à des prix décents. Hôtel quatre étoiles d’un bon rapport prix plaisir.

Château de la Bégude Golf Opio Valbonne, route de Roquefort, 06650 Opio. Tél.: 04 93 12 37 00 | Chambres à partir de 90 euros selon la saison. Affilié à Hôtels & Préférence.

Monte-Carlo Beach à Roquebrune-Cap-Martin

Au bord de la Méditerranée, sur la plage et près des rochers millénaires, s’élève cet hôtel Art Déco à la façade terracotta, rond comme une montgolfière, qui a été rénové par la S.B.M dont c’est une sorte de joyau architectural niché dans la pinède. En face des tours «new-yorkaises» hérissées vers le ciel –la dernière de 50 étages, l’Odéon, est presque achevée– le Beach monégasque est un site unique, magnifié par la mer à vos pieds, c’est tout son charme azuréen.

Rien d’un caravansérail de béton, un Relais & Châteaux très plaisant, le seul de la Principauté, une trentaine de clés, loin de la foule des touristes et beautiful people qui hantent le Carré d’Or, la place du Casino et les boutiques de luxe. Ce Beach Hôtel de 1930, réaménagé par la S.B.M, est à vivre comme un refuge de sérénité, d’élégance. La décoratrice India Mahdavi a su accentuer dans le décor des chambres et des salons l’allure marine de ce lieu de vie, de farniente et de vacances très couru l’été, bains de mer accessibles et piscine olympique à quelques pas.

Depuis 2012, Paolo Sari, un quadra vénitien, ancien chef du Danieli, du Harry’s Bar, du Gritti de la Cité des Doges, a repensé la courte carte des plats très italiens d’Elsa, le restaurant lumineux de l’hôtel, avec une exigence louable: les produits bio à 100%. Tous les ingrédients, légumes, herbes, fruits, quatre huiles d’olive sont livrés par des agriculteurs soucieux de cultures raisonnées, sans pesticides et autres produits chimiques si nocifs pour la santé. Des poissons de petite pêche et des viandes contrôlées à l’abattoir –jusqu’au poivre et aux champagnes garantis bio, chapeau.

Ainsi l’assiette Bio Sama, carottes, courgettes, cébettes parfumées au sel de Camargue (24 euros), la ratatouille 2014, les petits pois en velouté aux fleurs de courge (25 euros) et parmi les plats phare, les spaghetti de kamut (farine bio) à la poutargue de mulet, oursin et touche d’osciètre, le risotto d’Oro (aux feuilles d’or) façon Marchesi enrichi de seiche et langoustines (39 euros), le pavé de crevettes rouges de San Remo, délicate entrée (45 euros), le loup sauvage aux agrumes et légumes sautés (52 euros) et le lapin fermier à la polenta (42 euros), rustique composition. Tout cela est soigné, travaillé avec le sens des goûts –sans chichis: la meilleure table italienne de la Côte d’Azur? Une étoile Michelin méritée.

Repas sur la terrasse sous les parasols ou dans la nuit douce, une parenthèse de bien-être, de gourmandises –et de santé.

Monte-Carlo Beach Avenue Princesse Grace, 06190 Roquebrune-Cap-Martin. Tél.: 04 93 28 66 66 | Chambres à partir de 335 euros | Menus au déjeuner à 43 euros et 98 euros. Carte de 65 euros à 120 euros.

Nicolas de Rabaudy

Nicolas de Rabaudy
Nicolas de Rabaudy (464 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte