Boire & mangerSlatissime

19 bonnes raisons de se servir un whisky (en lisant Buzzfeed)

Christine Lambert, mis à jour le 09.11.2013 à 23 h 19

Pour trinquer à l’arrivée de Buzzfeed en France, voici la liste des bonnes raisons pour déboucher le single malt. Croyez-nous, elle pourrait être bien plus longue…

A Boca Chica, en république dominicaine, en 2010. REUTERS/Eduardo Munoz

A Boca Chica, en république dominicaine, en 2010. REUTERS/Eduardo Munoz

  1. Parce que c’est diététique

60 calories le verre de 2,5 cl, soit l’équivalent d’un yaourt nature. Pas d’hydrates de carbone, pas une once de gras, une bonne base de céréales: franchement, on ne s’explique pas que le bon Dr Dukan préfère vendre des galettes de son d’avoine plutôt que du scotch.

***

  1. Parce que c’est patriotique

Oui, on peut boire du whisky made in France et participer ainsi au Redressement productif. Cela peut même nous réconcilier avec les Bretons qui, sachez-le, ne fabriquent pas que des marinières rayées et des bonnets rouges: Warenghem, Glann Ar Mor et la Distillerie des Menhirs produisent d’excellentes choses. Idem chez Rozelieures en Lorraine, Uberach en Alsace, P&M en Corse pour n’en citer que quelques autres.

***

  1. Parce que ça attendrit les vaches

Les résidus des céréales distillées, riches en protéines, en minéraux, en vitamines, sont récupérés pour nourrir le bétail. On dit en Ecosse que les vaches donnent ainsi une meilleure viande et plus de lait. Pensez-y en mâchant votre steak d’angus: les vaches seraient moins folles si on buvait davantage.

***

  1. Parce qu’il est plus taxé qu’un footballeur (et que vous)

84% du prix facial d’une bouteille de whisky d’entrée de gamme part dans les caisses de l’Etat. Avouez que ça rend très relatif le «ras-le-bol fiscal»...

***

  1. Pour noyer un chagrin d’amour

A condition de choisir une très bonne bouteille: vous n’allez pas en plus vous rendre malade pour ce... pour cette...

***

  1. Pour conclure…

Pour sceller un contrat, un accord, une embauche, etc, vous ne trouverez pas meilleur lubrifiant social. Social, on insiste. Parce que pour «conclure» tout court, l’alcool… on repassera.

***

  1. Parce que ça peut rapporter gros

Dénicher dans la cave de grand-papa une bouteille de Brora, Rosebank, Port Ellen… ou tout flacon d’une distillerie fermée et passée dans la catégorie des mythes, c’est un peu comme tomber dans la bibliothèque sur le bouquin dédicacé d’un écrivain célèbre et mort (oui, même Gérard de Villiers compte): un coup de bol indécent tant leurs prix atteignent des sommets. Mais on peut plus modestement investir dans les éditions limitées, dont certaines voient leur valeur grimper en flèche à peine épuisées. Ou démarrer une collection exhaustive avec une jeune distillerie. En attendant qu’elle devienne culte. Ou qu’elle ferme.

***

  1. Parce que ça se conserve longtemps

Contrairement au vin, le whisky ne vieillit plus une fois embouteillé. Un flacon qui n’a jamais été ouvert se conservera pendant des décennies sans bouger.

***

  1. Parce que ça rapproche de Dieu (ou du moins des anges)

Même si les origines de la distillation attribuée aux moines reste sujet à discussion (si j’en crois les passionnantes conversations que suscitent – à jeun – le sujet), accordons-nous à dire que le whisky invite au moins à tutoyer les anges. Qui en retour ne se privent pas de prélever leur part à la source, à savoir au cul du fût.

***

  1. Parce que c’est meilleur en vieillissant

Bien que l’âge d’un whisky ne détermine pas sa qualité, l’âge de celui qui le boit contribue grandement à son appréciation! Plus on vieillit, plus on apprécie le scotch. Traduction: le meilleur est devant vous.

***

  1. Parce que ça excite les 5 sens

Oui, les cinq. Le pop du bouchon de liège, le glou glou de la bouteille, le toucher du flacon, ça compte aussi. Un concentré d’hédonisme. Notez qu’à l’inverse 2 gorgées de certains bruts de fût que nous ne dénoncerons pas publiquement vous anesthésieront l’ouïe davantage que le palais: vous n’entendrez plus le RnB du voisin ni les cris de vos loupiots qui se chamaillent.

***

  1. Parce que ça fait un joli souvenir

Il existe peu de pays sur la mappemonde qui ne produisent pas de whisky, pas même en assemblant un pseudo-blend local. Du Brésil à la Tasmanie, de l’Inde à Israël, de la Suède à l’Afrique du Sud, de la Corée à la Nouvelle-Zélande, vous pourrez rapporter une bouteille en souvenir de ce beau voyage. Pensez-y au moment d’attraper une boule à neige dans l’échoppe.

***

  1. Parce que c’est un médicament universel

«Tout ce que le whisky ne soigne pas est incurable», dit-on au nord de la Manche. A dose homéopathique, c’est un remède universel qui vaut l’aspirine et fait ses preuves depuis le Moyen-Age. Lors de la grande peste qui frappa l’Europe au XIVe siècle, le franciscain Jean de Rupescissa prétendait que l’aqua vitae soulageait les maux des pestiférés et protégeait de la contamination. Depuis cette époque, on trinque en se souhaitant «santé!» dans toutes les langues. Plongé dans l’eau chaude, le miel, le citron et les clous de girofle, le whisky combat les coups de froid. C’est aussi un vasodilatateur qui calme les migraines. N’oubliez pas la posologie : à dose homéopathique…

***

  1. Parce que ça se mange (aussi)

Depuis quelques années, les toqués du malt (Roellinger, Senderens, Eric Pras, le pâtissier Jacques Génin…) ont amené le whisky en cuisine. Pas (seulement) pour le boire. A vos fourneaux !

***

  1. Parce que ça donne envie de kidnapper un lama

Loin de nous l’idée d’encourager les excès, nocifs pour votre santé et la faune locale. Mais il semble que, depuis peu, la course aux éléphants roses ait une alternative, comme dirait la paire Borloo-Bayrou: la virée en tramway avec un lama. Le whisky rend créatif. Même (surtout) à dose réduite: comment croyez-vous que cette rubrique survive chaque semaine ?

***

  1. Parce que le champ des plaisirs est inépuisable

La palette aromatique du whisky est au moins large que celle du vin. Entre un tourbé d’Islay ou un bourbon du Kentucky, il y a autant de différences qu'entre un languedoc rouge et un bourgogne blanc.

***

  1. Parce qu’en 3 dégustations, on peut se la péter

S’il faut des années pour apprendre à distinguer un pomerol d'un haut-médoc – et des décennies pour reconnaître un cognac grande champagne d'un fin bois, il n’est en revanche pas très compliqué de faire la différence entre un single malt et un blend, entre un whisky vieilli en fût de bourbon ou de xérès, entre un irlandais et un rye – et de passer pour un expert après quelques dégustations seulement.

***

  1. Parce que ça marche avec les filles

Il y a celles qui le créent: Angela d'Orazio chez Mackmyra, Gillian MacDonald chez Ardbeg et Glenmorangie, Rachel Barrie chez Bowmore, Stephanie MacLeod chez Dewar’s… Il y a celles qui en parlent : Martine Nouet, Helen Arthur, The Miss Whisky… Et, surtout, il y a toutes celles qui en boivent. Le whisky, une boisson d’homme ? Jamais de la vie.

***

  1. Parce qu’on n’a rien inventé de meilleur

Sans commentaire. Mais j’attends les vôtres si vous trouvez d’autres bonnes raisons de se servir un dram.

Christine Lambert

PS: n'oubliez pas: l'abus d'alcool est dangereux pour la santé

Christine Lambert
Christine Lambert (175 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte