EconomieSlatissime

«Mum, can you sock me please?»: les chaussettes Burlington en plein «WTF» publicitaire...

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 29.10.2013 à 9 h 32

Non, cette pub taillée pour le buzz n'est pas un fake.

Une jeune agence de communication française, Pain Surprises, qui oeuvre en priorité dans l'événementiel parisien et dispose aussi d'un label de musique, a été remarquée par la marque de chaussettes Burlington, qui lui a commandé deux spots publicitaires pour renouveler et rajeunir sa cible.

Diffusé sur le web début 2013, le premier d'entre eux, «It's a Fucking Matter of Detail», misait déjà sur une stratégie de décalage assumée, mettant en scène un homme nu insultant le public et portant uniquement des Burlington aux pieds...

Mais celle qui vient de sortir, et que vous ne verrez pas sur vos écrans de télévision (à l'occasion de la campagne pour Nymphomaniac, nous vous avions expliqué pourquoi les acteurs du film de Lars von Trier ne pouvaient jouir que sur le web, le contrôle de l'Arpp s'exerçant surtout sur les affiches et les pubs télévisées, l'idée de vouloir censurer le web étant plus compliquée, puisque la vidéo serait sûrement reprise et dupliquée), va encore plus loin dans la provocation avec une mise en scène complètement oedipienne.

Une mère de famille prépare quelque chose dans la cuisine quand son fils interrompt son goûter pour lui lancer d'un air espiègle:

«Mum, can you sock me please?»

Jeu de mot entre «sock», chausser et... vous avez compris. La mère, un temps surprise, puis finalement ravie, s'agenouille auprès de son fils, disparaît sous la table et...

Ça nous a semblé tellement gros, tellement «taillé pour le buzz», qu'on s'est demandé si c'était vrai, si cette pub n'était pas un fake.

Contacté par Slate, Etienne Piketty de l'agence Pain Surprises a confirmé l'histoire. Burlington a confié à l'agence la communication de la marque pour l'Europe. Ce qui explique que, bien que tournée en France, la publicité soit en anglais.

Si le positionnement «WTF» adopté détournera assurément la famille «Manif pour Tous» des chaussettes à motif de losange –à quand une partouze pour vendre les polos Cyrillus?–, reste à savoir si suffisamment de «jeunes» prendront le relais pour combler le manque à gagner.

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (990 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte