Science & santéLife

La théorie de l'information: comment les blondes sont devenues intelligentes en deux jours

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 03.06.2014 à 16 h 23

Modèle de la communication de Shannon et Weaver / Einar Faanes via Wikimedia Commons

Modèle de la communication de Shannon et Weaver / Einar Faanes via Wikimedia Commons

Assister à la naissance d'une information virale est toujours un moment émouvant. Ce simple exemple en quelques étapes et deux journées montre à quel point la plus aride des études scientifiques peut devenir un succès de clics sur Internet –pourvu que le sujet s'y prête et qu'on maîtrise une autre science, celle de la titraille.

Ici, on passe d'une étude qui montre que les cheveux blonds sont le résultat d'un changement mineur de l'information contenue dans l'ADN par rapport aux cheveux bruns à la conclusion selon laquelle les blondes ne sont pas plus bêtes que les brunes. L'étude fonctionne médiatiquement parce que ses résultats parlent à tout le monde et qu'elle sert à remettre en cause des stéréotypes basés sur l'apparence physique. Mais on peut imaginer le même parcours fulgurant pour une étude aux conclusions plus controversées, comme ce fût le cas dernièrement autour des résultats contestés d'une étude de neurosciences sur les réactions observées par IRM chez des pédophiles regardant des photos d'enfants.

1. Publication scientifique avancée sur le site web de Nature Genetics, unerevue scientifique

Titre: «Une base moléculaire de la couleur blond classique chez les Européens»

 

2. Communiqué de presse de l'université de Stanford, où travaille le chercheur qui a publié l'étude

Titre: «Des changements subtils d'ADN aux niveaux des protéines déterminent le fait d'avoir des nattes blondes ou brunes»

3. Publication dans Science Daily, site de compte-rendus de publications scientifiques, qui écrit son texte sur la base du communiqué de presse

4. Publication dans Science Mag, magazine scientifique grand public américain

Titre: «La génétique des cheveux blonds»

5. Publication sur Forbes, magazine grand public américain

Titre: «Une étude sur l'ADN fait voler en éclats le stéréotype de la “blonde stupide”»

C'est cet article qui le premier fait le bond interprétatif qui sera repris sur les autres sites d'actu. Les citations du professeur Kingsley, à l'origine de l'étude, sont reprises du communiqué de presse de Stanford. C'est le génie de la relation presse: susciter le titre et l'angle que choisiront les médias mais sans avoir l'air d'y toucher...

«Il est clair que ce changement de la couleur des cheveux a lieu à travers un mécanisme de régulation qui n'agit que sur les cheveux. Il ne s'agit pas de quelque chose qui affecte aussi d'autres traits, comme l'intelligence ou la personnalité. La blondeur n'est qu'une question de couleur.»

A vrai dire, l'étude elle-même ne cherchait pas à déterminer si les blonds étaient plus ou moins intelligents que les autres. La conclusion en est que le gène associé à la couleur des cheveux ne peut pas être jugé comme déterminant d'autres traits de personnalité (et même, qu'il n'est pas lié à d'autres traits physiques comme la couleur des yeux).

6. Publication sur le site de 20 Minutes

7. Publication sur Melty Campus

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (990 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte