Égalités / Life

Des mannequins grande taille rejouent la couverture de Sports Illustrated

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran de la vidéo Swimsuits for All
Capture d'écran de la vidéo Swimsuits for All

Cette année, la couverture originale de Sports Illustrated édition maillot de bain (oui ceci existe) faisait figurer Chrissy Teigen, Lily Aldridge et Nina Agdal et ressemblait à ça:

La marque Swimsuits for All, qui propose des maillots de bain pour toutes les tailles (et plutôt les tailles plus larges que celles que l'on voit ci-dessus) propose une nouvelle version de Sports Illustrated, avec des mannequins grande taille: Robyn Lawley, Jada Sezer, Shareefa J et la blogueuse mode Gabi Fresh –prouvant, selon elle que «les courbes sexy ne s'arrêtent pas à la taille 36».

Gabi Fresh estime dans la vidéo que les mannequins grandes tailles ou blogueuses comme elle-même aident les jeunes filles à élargir la palette de modèles qu'elles ont et les autorisent à penser qu'elles ne sont pas obligées de ressembler aux mannequins de la première couverture de Sports Illustrated.

On ne peut pas s'empêcher de noter que si les mannequins grandes tailles ont l'immense mérite de ne pas faire de la maigreur le seul standard possible, elles contribuent néanmoins toujours à cette même injonction d'être belle: même si vous faites une taille 48, vous devez avoir une peau de pêche, cellulite interdite, cheveux brillants imposés, sourire radieux. Quelle que soit la taille, c'est cette injonction-là qui est gênante.

Charlotte Pudlowski journaliste, créatrice et rédactrice en chef du podcast Transfert

Newsletters

La critique ciné, un milieu toujours verrouillé par les hommes

La critique ciné, un milieu toujours verrouillé par les hommes

Les journalistes femmes doivent composer avec le sexisme polymorphe d'un monde encore majoritairement masculin, qui ne leur fait pas de cadeau.

«Que Sea Ley», quand l'Argentine se révolte pour accéder à l'IVG

«Que Sea Ley», quand l'Argentine se révolte pour accéder à l'IVG

Présenté à Cannes, le documentaire argentin explique en quoi interdire l'interruption volontaire de grossesse revient à piétiner la dignité des femmes. Et à les mettre en danger.

Merci Valeurs actuelles, mais la terreur féministe n'existe pas

Merci Valeurs actuelles, mais la terreur féministe n'existe pas

On a bien rigolé avec votre couv. Et puis ça nous donne l'occasion de repréciser deux ou trois choses.

Newsletters