Parents & enfants / Life

Coincé dans un aéroport parce que son fils a gribouillé son passeport: une belle histoire ou un canular?

Temps de lecture : 2 min

Un Chinois serait bloqué dans un aéroport sud-coréen après que son fils a exprimé ses talents artistiques sur son passeport. Un canular?

Bien sûr, il faut encourager les enfants à dessiner. Le dessin développe la motricité fine, décuple l'imagination, sert à exprimer les émotions, fabrique quelques beaux souvenirs à conserver et à exposer sur les murs. Mais tout est question de support.

Voici l'histoire telle qu'elle est raconté depuis quelques jours: un père chinois est parti en voyage avec sa femme et son fils en Corée du sud. A leur retour et alors que la famille patientait à l'aéroport, le fils de 4 ans s'empare du passeport de son père et gribouille dessus. Entièrement. Partout. Et surtout sur la photo d'identité du père, ne manquant pas d'y ajouter une moustache, une barbe et quelques cheveux supplémentaires.

A croire ces sites plus ou moins sérieux, ces gribouillis ont évidemment rendent le passeport invalide. La famille aurait pu quitter la Corée du Sud, mais le père lui, n'aurait pas eu le droit d'embarquer.

L'information se serait transmise aux médias occidentaux via Weibo, le site de micro-blogging chinois, quand le père aurait posté la photo de sa pièce d'identité et raconté sa mésaventure.

Sauf que tout le monde n'a pas acheté cette (trop) belle histoire. Kotaku, site parent de Jezebel, émet en effet des gros doutes: les dessins semblent trop bons pour un enfant de 4 ans, l'encre trop indélébile pour tenir sur des passeports plastifiés et sécurisés comme le sont ceux de la République populaire de Chine et surtout, il y a des traits qui ressemblent à ceux que l'on peut faire avec MS Paint.

Méfiance donc...

Newsletters

Le confinement nous a offert une projection du congé paternité allongé

Le confinement nous a offert une projection du congé paternité allongé

Cette réforme favoriserait l'égalité hommes-femmes si tant est que les représentations de la mère comme principale responsable du bébé n'en limitent pas l'efficacité.

La vie des parents n'est toujours pas revenue à la normale depuis le confinement

La vie des parents n'est toujours pas revenue à la normale depuis le confinement

Le 5 septembre, on a recommencé à hurler sur les enfants. On n'en peut plus, on va craquer, est-ce que quelqu'un comprend ça?

De quoi parle-t-on quand il est question de parentalité?

De quoi parle-t-on quand il est question de parentalité?

L'émergence de ce néologisme va avec les transformations de la famille depuis les années 1990, au nom du bien-être de l'enfant.

Newsletters