Science & santéLife

A l'origine de la maladie de Kawasaki: un champignon transporté par le vent?

Camille Jourdan, mis à jour le 27.05.2014 à 12 h 15

Cette maladie, qui touche des enfants au Japon et aux Etats-Unis, pourrait être causée par un agent infectieux traversant l’Océan Pacifique avec le vent

Vent / Matteo Flo via Flickr CC License By

Vent / Matteo Flo via Flickr CC License By

La maladie de Kawasaki touche chaque année 12.000 enfants au Japon et quelques 4.000 aux Etats-Unis. Pour la première fois en cinquante ans, des chercheurs croient avoir identifié la cause de cette maladie, qui restait un mystère jusque-là: ce serait un champignon, transporté par les vents.

Dans une étude publiée sur PNAS, Xavier Rodó, de l’Institut catalan des sciences et du climat, apporte des éléments nouveaux sur la maladie de Kawasaki. Découverte dans les années 60, cette maladie cardiovasculaire atteint très généralement les enfants de moins de cinq ans. Elle touche les artères, ce qui provoque des gonflements des mains et des pieds, et peut s’attaquer au cœur. Malgré de nombreuses recherches, ses causes restent un mystère. Mais de nouvelles études commencent à les éclaircir.

En 2011, Jane Burns, de l’Université de médecine du Colorado, à Denver, ainsi que Xavier Rodó, soupçonnaient déjà fortement que les vents pouvaient être à l’origine de cette maladie. Ils remarquaient en effet qu’aux pics de la maladie correspondaient des périodes de forts vents venus du Sud-Est de la Chine. Une découverte «extraordinaire», précise Arstechnica:

«Le fait qu’un agent infectieux d’une maladie humaine puisse rester actif après avoir traversé l’Océan Pacifique, c’est extraordinaire.»

Mais quel est donc cet agent? C’est en approfondissant ses recherches que Xavier Rodó croit l’avoir découvert. Le chercheur a fait analyser des échantillons de ces fameux vents, qui transporteraient la maladie de Kawasaki. Et il y a identifié des spores fongiques, plus communément appelés champignons, qui appartiennent au groupe des Candida, un genre de levures.

Ces champignons seraient très probablement à l’origine de la maladie. Rodó en est quasiment certain. En effet, il a éliminé tous les autres éléments qui auraient pu éventuellement être pris pour responsables: les polluants industriels, car la région du Sud-Est de la Chine est principalement rurale, le pollen car les taux de pollen et les pics de Kawasaki ne correspondent pas, et enfin les virus, «car les symptômes sont observés un à deux jours après l’arrivée des vents de Chine – ce n’est pas suffisamment long pour que le virus ait le temps d’incuber.»

La seule solution plausible s’avère Candida. Mais d’autres questions perdurent, souligne Arstechnica. Il faudrait notamment savoir «si les cas observés en Inde, au Sud-Est de l’Asie, et en Australie, ont la même origine que ceux observés au Japon et aux Etats-Unis.»

Camille Jourdan
Camille Jourdan (139 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte