Double XLife

Le minishort pour hommes, la meilleure arme possible contre le sexisme

Amanda Hess, mis à jour le 21.05.2014 à 17 h 04

Oui. vraiment. En revanche, on a dit en short, pas en sandales avec des chaussettes. Faut pas dire n'importe quoi non plus.

Un homme dans le métro de New York, participant au No Pants Subway Ride le 12 janvier 2014. REUTERS/Eric Thayer

Un homme dans le métro de New York, participant au No Pants Subway Ride le 12 janvier 2014. REUTERS/Eric Thayer

Qui porte des mini-shorts? Cet été, si l’on en croit un délicieux article mode de David Coleman paru dans le Wall Street Journal, ce sont les hommes qui vont porter des shorts ras les fesses. «Ces dernières années, la longueur de jambe du short, partie de 38 cm, est remontée à hauteur de genou (27 cm), puis au-dessus à 23 cm, avant d’exposer les quadriceps à 18 cm pour atteindre la nouvelle tendance à 12,5 cm qui met la cuisse à l’air», rapporte Coleman.

«Si les shorts pour hommes étaient un glacier du Groenland, les scientifiques seraient en panique

Est-ce là un faux article tendance? J’espère bien que non. Il est largement temps que nous bannissions pour de bon le bermuda à la Kevin Federline et que nous adoptions le short minimaliste et audacieux de Bob Benson. Dodai Stewart, qui écrit pour Jezebel, est bien de mon avis.

«Depuis le début du siècle –fin des années 1990, début des années 2000– on nous afflige de shorts disgracieux. Les responsables ne sont pas clairement identifiés. Le hip hop? Les raves? Les surfeurs? Les skateboardeurs? Ça n’a pas d’importance en fait. Cette atroce tendance s’est insinuée chez les hommes de la nation entière, enroulant ses tentacules autour des jambes de gars innocents et les recouvrant de la plus hideuse manière qui soit. Et elle s’est accrochée tellement longtemps.»

«Raccourcissez-moi cet ourlet!» enjoint-elle aux hommes cet été.

«Montrez-nous vos gambettes

Elle ne fait cependant pas l’unanimité. «Nous adorons @Jezebel mais ce post n’est pas seulement à côté de la plaque, il est dangereux», s'alarme le magazine Mother Jones. Un autre géomètre vestimentaire virtuel va davantage au fond des choses: 

«Les hommes en mini-shorts, c’est juste le mal. Ne sortez pas avec des shorts courts, vos boules ont besoin de respirer, et nous n’avons pas besoin de les voir. Sans blague.»

Si la vision d’hommes en mini-shorts est une chose dangereuse, alors je suis favorable au déclenchement de l’état d’urgence. Non seulement il peut leur arriver d’offrir un vrai régal pour les yeux –pensez à Daniel Craig émergeant de l’océan en boxer dans Casino Royale...

...mais les tout petits shorts ont également des effets bénéfiques à l’échelle de la société toute entière. Dans un monde où le corps des femmes est souvent qualifié de «dangereux» et «moralement répréhensible» lorsqu’il est exposé, où, dans les collèges, les filles doivent se soumettre à des tests de longueur de jupe pour avoir le droit d’entrer en classe et où des représentants de l’autorité prétendent que ces règles sont mises en place pour les protéger des garçons, faire changer le mini-short de camp est une manière implicite de démanteler ces structures sexistes.

La scène balnéaire de Daniel Craig n’est pas seulement un grand moment de fierté pour tous les hommes en short du monde –elle contribue à rétablir l’équilibre cosmique entre pin-ups et beaux gosses baraqués dans l’univers de Bond.

Et les hommes n’ont pas besoin d’atteindre des niveaux de musculature hollywoodiens pour participer à l’effort général. 

Tout le monde ne peut pas ressembler à ce modèle de Mario Queiroz (printemps-été 2008, fashion week de São Paulo). REUTERS/Caetano Barreira

Bien au contraire! Tous les types de corps sont bienvenus dans cette Campagne de Promotion des Hommes en Mini-Shorts. Le Huffington Post a beau avoir qualifié de «gênantes» de vieilles photos de Bill Clinton et Al Gore courant vêtus de shorts riquiqui lors de la campagne de 1992, à mon sens, toute discrimination à l’égard du corps du porteur de short va à l’encontre de l’esprit même de la libération de l’ourlet.

Alors messieurs, sortez les shorts à la Daisy. En revanche, si vous lisez que mettre des chaussettes dans ses sandales est tout d’un coup devenu branché, n’en croyez rien –ça, c’est n’importe quoi.

Amanda Hess

Traduit par Bérengère Viennot

Amanda Hess
Amanda Hess (35 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte