Partager cet article

On peut désormais être ami avec son frigo et chatter avec lui (en Corée du Sud)

Est-ce une bonne nouvelle?

LG vient de commercialiser en Corée du Sud une ligne d'appareils ménagers intelligents –pardon, smart– composée d'un réfrigérateur équipé d'une caméra à l'intérieur, d'une machine à laver et d'un four pouvant être mis en marche à distance, nous apprend le site The Next Web. Principale nouveauté, cette ligne utilise un système baptisé «HomeChat» qui permet de, eh bien, chatter avec ses appareils à distance comme le montre la vidéo ci-dessus.

Des appareils proposant des fonctions similaires existent déjà, admet la marque dans un communiqué, mais c'est selon elle la première fois que l'«expérience utilisateur» est aussi simple et agréable. Ce grâce au système de conservation en ligne qui utilise LINE, application de chat très populaire en Asie, appréciée entre autres pour ses «stickers», petites icônes qui véhiculent des émotions sur le principe des smileys et des émoticônes.

Côté gestion des stocks, le frigo intègre un système d'assistance pompeusement dénommé «LG Smart Manager» lequel «transforme le réfrigérateur en un système complet de management alimentaire». Concrètement, le frigo surveillera les dates d'expiration des produits et recommandera à l'utilisateur des propositions de recettes en fonction des denrées disponibles.

Capture d'écran de la vidéo promotionnelle de lancement de LG. Via Youtube

La caméra grand-angle braquée sur l'intérieur du frigo permettra à l'heureux propriétaire de préparer sa liste de courses à distance sans avoir à repasser chez lui –mais lorsque nous atteindrons ce niveau d'évolution, il n'y aura de toute manière sans doute plus de nécessité de se déplacer pour être réapprovisionné. Effet secondaire involontaire à prévoir: la caméra sera évidemment l'alliée des parents diététiciens ou des conjoints tyranniques ayant décidé d'espionner les habitudes alimentaires des membres du foyer.

Côté chat, on lit chez LG qu'il s'agira d'une interface intuitive, «qui fait que communiquer avec le réfrigérateur intelligent, la machine à laver ou le four de LG sera un peu comme chatter avec un ami proche». Difficile de ne pas penser à Her, film d'anticipation dans lequel le personnage principal tombe amoureux d'une voix féminine programmée par un système informatique... 

Plus prosaïquement, la connexion des objets comporte un risque de hacking ou détournement: une journaliste de Forbes a ainsi expliqué à quel point il était facile de «hacker» une maison intelligente dont les appareils peuvent être réglés et commandés à distance, transformant la demeure la plus technologiquement avancée en une effrayante maison hantée...

A mesure que la smartification des biens de consommation renouvelle les linéaires, on découvre fréquemment les contreparties à payer pour vivre en osmose avec l'«Internet des objets», système dans lequel les distinctions en ligne/hors ligne, réel/virtuel ont tendance à s'effacer pour laisser place à une interconnexion permanente de tous les éléments du système –humains comme non-humains.

Comme l'a expliqué Andréa Fradin sur Le Mouv, un blogueur britannique a récemment découvert avec effroi que pendant qu'il regardait la télé, la télé le regardait elle aussi:

«Ces télés connectées permettent en effet de dresser avec une précision inégalée le profil des téléspectateurs. Le téléviseur LG en question siphonne ainsi à peu près tout: le moindre changement de chaîne, les mots clés recherchés, ou, encore mieux, le nom des fichiers de films ou de séries visionnés sur l'écran via une clé USB ou un disque dur externe.»

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte