Tech & internet / Life

Snapchat rend fou les ados américains

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran YouTube/Snapchat
Capture d'écran YouTube/Snapchat

Jeudi, Snapchat a fait une énorme mise à jour de son application. La plus importante depuis des mois, comme l’explique Caroline Moss sur Slate.com:

«Maintenant, au lieu d’échanger juste des photos et des courtes vidéos qui disparaissent après un temps donné, la mise à jour permet d’envoyer des messages via Snapchat. Et lorsque l’on quitte la conversation, le message disparaît.»

Sur le Huffington Post, Lauren Provost explique où trouver cette nouvelle fonctionnalité et décrit également l’apparition d’une fonction de chat vidéo.

Mais plus que la fonction vidéo, c’est la présence des messages qui a créé un engouement sans précédent dans les salles de classe. Dans Business Insider, une professeure américaine, Tracie Schrader, explique n’avoir jamais vu ça en seize ans d’enseignement:

«D’habitude, je suis plutôt indulgente vis-à-vis de l’utilisation des téléphones en classe, pour plusieurs choses. (La plupart des enfants n’ont pas de calculatrice, on prend des photos de ce qu’on fait dans le laboratoire, on utilise certaines applications pour des projet, ce genre de choses.) Il y en a toujours un ou deux qui échangent quelques messages, mais tant que ce n’est pas une distraction, je ne m’en fais pas trop.

Aujourd’hui, pour la première fois depuis très longtemps, j’ai confisqué les téléphones. Je n’ai aucune idée de ce qui était inclus dans la mise à jour, mais on aurait dit que c’était du crack. Ils avaient les yeux rivés sur leur téléphone. Il y a même une fille qui est allé sous la table avec son téléphone.»

Pour Ellis Hamburger de The Verge, Snapchat semble réussir là où les autres médias sociaux ont échoué:

«La réponse Beatlemaniesque des ados semble montrer que Snapchat a acquis un statut quasi-culte parmi certains groupes. Mais cela montre aussi quelque chose pour son futur.

La plupart des sites sociaux ont une ou deux fonctionnalités que les gens aiment vraiment, mais ils ont du mal à en ajouter d’autres. Instagram Direct, par exemple, n’a pas fait grand bruit. Snpachat, par contre, a plutôt réussi jusque-là à ajouter de nouvelles fonctionnalités sans nuire à son utilisation première, et tout en restant cool.»

Grégor Brandy Journaliste

Newsletters

En Indonésie, le compte Instagram d'un dessinateur de personnages homosexuels mystérieusement supprimé

En Indonésie, le compte Instagram d'un dessinateur de personnages homosexuels mystérieusement supprimé

Le Gouvernement indonésien assume avoir demandé la suppression de ce compte au réseau social, qui dément pour sa part avoir satisfait à sa demande.

Twitter, vecteur de la haine ordinaire

Twitter, vecteur de la haine ordinaire

À la lumière des agissements outranciers de la Ligue du LOL, il est temps de dénoncer ce médium dont on détourne la raison première pour mieux distiller sa petite haine au quotidien.

Se servir de la reconnaissance faciale lors d’un procès, une délicate question éthique

Se servir de la reconnaissance faciale lors d’un procès, une délicate question éthique

Aux États-Unis, le procédé commence à être utilisé dans des affaires mineures.

Newsletters