SMS, Facebook, géolocalisation: un élu suisse se laisse tracer pendant six mois et dévoile ses communications

Où s'est rendu Balthasar Gättli ces six derniers mois? Vous saurez tout | Capture d'écran de l'application d'OpenDataCity

Où s'est rendu Balthasar Gättli ces six derniers mois? Vous saurez tout | Capture d'écran de l'application d'OpenDataCity

Et la NSA n'a qu'à bien se tenir.

Balthasar Glättli, un conseiller national (l'équivalent des députés) suisse élu sous l'étiquette du parti Vert, a décidé de rendre publiques les données de son téléphone portable sur les six derniers mois.

Le résultat est désormais mis en ligne sur une carte interactive réalisée par l'entreprise OpenDataCity. Ses communications et ses déplacements sont tous renseignés dans une frise qui ne laisse rien passer: posts Facebook, tweets, appels entrants et sortants, email... Les noms des personnes avec qui il a été en contact sont même parfois indiqués. On peut également le tracer jour par jour grâce à un calendrier ou découvrir l'ensemble de son réseau (famille, politiques, journalistes...).

Si Balthasar Glättli a voulu être transparent à ce point, c'est que la Suisse est en passe d'adopter une loi qui vise à surveiller massivement ses citoyens. Pour les alerter, il a donc décidé de répondre par l'absurde.

Cette loi permettrait aux entreprises de télécom helvètes de conserver douze mois et non plus six l'ensemble des communications (portables et Internet) de chaque personne. Cette loi prévoit aussi l'installation de logiciels mouchards sur les équipements connectés. Une pratique déjà bien connue aux Etats-Unis, notamment avec l'affaire de la fausse application Carrier IQ.

Cliquez sur l'image pour accéder à la carte
Partager cet article