Boire & manger / Life

Un menu de petit déjeuner du Titanic va être mis aux enchères pour 135.000 dollars

Temps de lecture : 2 min

Titanic Commemorated/ Kate Ter Haar via Flickr CCLicence By
Titanic Commemorated/ Kate Ter Haar via Flickr CCLicence By

Un menu de petit déjeuner de deuxième classe du Titanic, très rare, va être mis aux enchères pour 135.000 dollars (97.500 euros), raconte New York Daily News.

Le 11 avril 1912, lors d’une escale (la dernière, en fait) à Cobh, en Irlande, Jacob Gibbon, membre de l’équipage travaillant dans les salons, avait envoyé un menu d’un petit déjeuner à sa petite amie, Miss L. Payne, vivant à Studland, en Angleterre. Il lui écrit qu’il a passé «bon voyage jusqu’à maintenant». Trois jours plus tard, le paquebot coulait (Jacob Gibbon a survécu).

Au dos de son petit mot perso, l’offre du petit déjeuner:

Fruits
Flocons d’avoine Maïs bouilli
Poisson frais
Hareng fumé
Rognons de bœuf et bacon grillés
Hachis au bœuf et aux pommes de terre («American Dry Hash au gratin», un blog donne ici une recette de 1907 à laquelle ce plat devait ressembler)
Saucisses grillées, purée de pommes de terre
Jambon grillé et œufs frits
Frites
Viennoiseries et «Graham Rolls»
Scones
Cake au sarrasin, sirop d’érable
Confiture
Thé, café
Cresson (sans doute préparé en infusion)

«Ce doccument nous donne une fascinante image de la variété du menu offert en seconde classe sur le Titanic, bien que cela ne soit pas aussi somptueux qu’en première classe», explique le site d’Henri Aldridge&Son, qui va procéder à la vente.

Ce menu de petit déj’ plutôt gargantuesque va donc être mis aux enchères le 26 avril, avec d’autres souvenirs du Titanic. A un prix exorbitant, parce que «les menus de seconde classe sont extrêmement rares, une poignée seulement ont été retrouvés, et seulement deux pour la date du 11 avril», a déclaré le commissaire-priseur.

Il existe encore une vingtaine de menus du Titanic, mais la plupart sont des menus de première classe, datant du jour du naufrage, le 14 avril. «Ceci s’explique par le fait qu’un pourcentage plus élevé de passagers de première classe a survécu. Plusieurs menus sont ainsi restés dans les poches des survivants sur les canots de sauvetage», explique New York Daily News.

Un menu du dernier dîner en première classe a ainsi été acheté, en 2012 par un collectionneur pour la rondelette somme de 91.000 euros. On pouvait déguster des œufs Argenteuil, un consommé fermier, une galantine de poulet ou des côtelettes de mouton grillé. Selon le Figaro, le commissaire-priseur Andrew Aldridge –le même que pour le menu de petit déj’– expliquait alors que ce papier donnait «un aperçu fascinant de la vie culinaire des passagers d’élite du Titanic».

A l'occasion du centenaire du naufrage, un chef new-yorkais a même proposé un menu censé être une reproduction exacte des agapes du Titanic. On pouvait alors manger des huîtres, des coquilles saint-jacques, du canard rôti avec compote de pommes, de l’agneau sauce à la menthe et pistache... et bien d’autres réjouissances.

Lucie de la Héronnière Journaliste

Newsletters

Arrêtez de faire la cuisine à votre chat

Arrêtez de faire la cuisine à votre chat

Plus d'une centaine de recettes ont été passées au crible par des vétérinaires et le résultat n'est pas fameux.

Le Negresco à Nice et le Martinez à Cannes, hôtels d'exception

Le Negresco à Nice et le Martinez à Cannes, hôtels d'exception

Deux grands hôtels de la Côte d'Azur en pleine lumière.

Boire du saké en terrasse? Et pourquoi pas...

Boire du saké en terrasse? Et pourquoi pas...

En déclin au Japon, cet alcool s’exporte et tente de se réinventer en misant sur le bio et la qualité. En France, les personnes qui en font la promotion sont peu nombreuses mais très optimistes.

Newsletters