Partager cet article

Pour faire du graphène, ce matériau révolutionnaire, il suffit d'un mixeur

"Osterizer Blenders" par Chris Hunkeler | FlickR licence CC by sa

"Osterizer Blenders" par Chris Hunkeler | FlickR licence CC by sa

Mais la recette ne doit pas être reproduite chez soi...

Le plus fort, le plus mince, le plus conducteur mais aussi l'un des plus souples: on ne manque pas de qualificatifs élogieux pour le graphène, ce matériau révolutionnaire à base de carbone qui a valu un prix Nobel de physique en 2010 à ceux qui ont enfin réussi à l'isoler de manière un peu incongrue, à l'aide (notamment) d'un simple bout d'adhésif.

Fidèle à son histoire, le graphène refait parler de lui de manière surprenante: des chercheurs irlandais du Trinity College à Dublin auraient cette fois-ci trouvé une façon toute prosaïque de le produire, potentiellement en grande quantité. Et pour y parvenir, ils ont utilisé... un simple mixeur! 

Nature résume en ces termes la publication de l'équipe scientifique, ce 20 avril, dans Nature Materials:

«[Ils] décrivent comment ils ont pris un mixeur de cuisine de forte puissance (400 watt) et y ont ajouté un demi-litre d'eau, 10 à 25 ml de détergent et 20 à 50 grammes de poudre de graphite (trouvée dans les mines de crayon). Ils ont allumé la machine pendant 10 à 30 minutes. Le résultat, tel que l'équipe le rapporte: un grand nombre de flocons de graphène de la taille d'un micromètre, en suspension dans l'eau.»


A la fois résistant, transparent, flexible mais aussi conducteur, le graphène est un matériau très prometteur

Si elle a l'air bête comme chou, cette «recette maison» du graphène n'a rien de simple et pourrait bien s'avérer décisive: l'un des points noirs de ce matériau prometteur, susceptible pour beaucoup de révolutionner de nombreuses industries, est qu'il est difficile à produire en grande quantité.

«Jusqu'à présent, écrit ainsi New Scientist, [...] les meilleures techniques laboratoires réussissent à [faire] moins d'une moitié de gramme par heure.» Pas suffisant donc pour «passer du laboratoire à des applications commerciales», reconnaissent avec lucidité les chercheurs à l'origine de la découverte du mixeur, en introduction de leur publication dans Nature.

Leur «smoothie au carbone», pour reprendre l'expression du New Scientist, pourrait bien faire la différence en propulsant le graphène dans nos vêtements, qui seraient alors capables d'interagir avec notre corps, dans les bouteilles d'eau, dont la durée de vie se verrait ainsi allongée, ou dans les carosseries d'avions ou de futures voitures, qui agiront comme «des panneaux solaires qui chargeront [leur] batterie», envisage encore le New York Times dans un récent article qui présente le graphène comme «le matériau de demain».

Sans compter que la qualité du graphène obtenue semble ici plutôt bonne, comme s'en réjouit Andrea Ferrari, un expert du graphène de l'université de Cambridge, dans Nature:

«Le matériau est d'une qualité proche de la meilleure décrite en théorie, mais avec des taux de production apparemment des centaines de fois plus élevé»

Or si «des centaines de tonnes de graphène sont déjà produites chaque année, précise encore Nature, leur qualité est variable» -le deuxième point noir de ce matériau.

Attention néanmoins, préviennent en choeur les chercheurs au mixeur et la publication scientifique: si cette nouvelle recette du graphène a l'air simplissime -et alléchante- «n'essayez pas ça chez vous»!

Déjà parce que les caractéristiques du mélange en lui-même ne sont toujours pas connues, explique The Independent, et que la façon de «séparer le matériau de la solution est encore plus difficile». Ensuite parce que «vous ne voudriez pas faire un smoothie dans un mixeur qui vient juste d'être rempli de graphite», prévient avec humour Jonathan Coleman, le directeur de l'équipe de recherche.
A.F.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte