LifeScience & santé

La chauve-souris, un bon insecticide pour le riz thaïlandais?

Lucie de la Héronnière, mis à jour le 18.04.2014 à 16 h 07

Rice Fieds/ eutrophication&hypoxia via Flickr CCLicence By

Rice Fieds/ eutrophication&hypoxia via Flickr CCLicence By

Une espèce particulière de chauve-souris, qui adore manger un insecte ravageur pour la culture du riz en Thaïlande, «pourrait renforcer la sécurité alimentaire en prévenant les pertes dans les rizières», signale The Guardian.

C’est la conclusion d’un article publié dans la revue Biological Conservation.

Les acteurs en présence sont, d’un côté, les chauves-souris Taradida plicata, dites «aux lèvres ridées» en anglais (regardez les jolies photos de la bête), de l’autre, des insectes savamment appelés Sogatella Furcifera, ou «cicadelles à dos blanc», très destructeurs puisqu’ils se nourrissent de petites pousses de riz.

L’équipe de chercheurs a voulu évaluer la quantité de riz que les chauves-souris pourraient protéger, naturellement, en Thaïlande, avec les données de précédentes études et une expérience sur des plantations. 

Selon les scientifiques, chacune de ces chauves-souris avale environ 1.130 de ces charmants insectes chaque jour. D’après leur calcul, avec une population de 8 millions, cette espèce pourrait prévenir les pertes de 2.900 tonnes de riz en Thaïlande, assez pour nourrir 26.000 personnes pendant une année, ou pour une valeur de 1,2 million de dollars à l’exportation.

Mais comme la population de ces chauves-souris décline, il faudrait être aux petits soins pour elles et même les accueillir, pour éviter des faibles récoltes affectant l'alimentation et les revenus des gens. 

Thomas Cherico Wanger, l’auteur principal de l’étude et spécialiste de l’écologie tropicale à l’université de Göttingen en Allemagne, pense donc que les producteurs de riz thaïlandais pourraient recruter des chauves-souris en leurs installant des petits abris. Sa conclusion est précise, rapporte The Guardian:

«Le modèle montre que 300 chauves-souris dans un perchoir peuvent protéger 700 kg de riz par an.»

Geoff Gurr, professeur d’écologie australien, raconte au Guardian qu’il est sceptique, parce que le contrôle de la propagation des insectes par les chauves-souris a été testé lors d’une seule enquête de terrain pour le moment. Et surtout, parce que selon lui, 2.900 tonnes de riz, c’est une goutte d’eau dans les millions de tonnes produites chaque année en Thaïlande (37,8 millions en 2012 selon la FAO): «C’est une très petite proportion de la mortalité nécessaire pour vraiment contrôler les cicadelles.»

Lucie de la Héronnière
Lucie de la Héronnière (148 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte