Sciences / Life

Portland: combien de temps l'adolescent aurait-il dû uriner pour rendre les réserves d'eau non potables?

Temps de lecture : 2 min

La ville de l'Oregon va jeter 144 millions de litres d'eau. Tout ça pour un petit pipi.

Le réservoir numéro 5 du Mount Tabor à Portland, dans l'Oregon, le 17 avril 2014, REUTERS/Steve Dipaola
Le réservoir numéro 5 du Mount Tabor à Portland, dans l'Oregon, le 17 avril 2014, REUTERS/Steve Dipaola

Ah, Portland. Un adolescent a uriné dans un des réservoirs d'eau potable de la ville l'autre jour. C'est dégoûtant, et agaçant. Quel sale gosse!

Mais la ville, et voilà l'une des décisions les plus spectaculairement stupides de l'année, va vider le réservoir. Il s'agit de la décision la plus spectaculairement stupide depuis trois ans, en fait: Portland avait fait la même chose en 2011.

La décision semble fondée sur une combinaison de phobie des produits chimiques, d'homéopathie et de honte du pipi. C'est la dose qui fait le poison, et, clairement, cette dose est négligeable. Mais est-il possible de calculer précisément le manque de logique de la décision de Portland? Essayons d'y mettre des chiffres.

Plusieurs utilisateurs malins de Twitter ont rapidement fait le calcul et sont arrivés à la conclusion qu'une urination moyenne de moins d'un demi-litre dans un réservoir de 144 millions de litres revient à une concentration de 0,000003 millilitre par litre d'eau. En comparaison, la limite fixée par l'Agence de protection de l'environnement (EPA) américaine pour l'arsenic (l'arsenic!) dans l'eau potable est de 0,0001 millilitre par litre d'eau.

L'EPA ne semble pas avoir fixé de limite pour l'urine dans l'eau potable, mais elle limite les nitrates dans l'eau potable à 0,01 millilitre par litre, et l'urine contient beaucoup d'azote, que nous allons utiliser pour comparaison.

Combien de fois cet adolescent aurait-il dû pisser dans le réservoir de Portland pour produire une concentration en urine s'approchant de la limite de l'EPA pour les nitrates dans l'eau potable? Environ 3.333 fois.

Mais bien sûr, l'urine est composée à 95% d'eau (si jamais vous vous retrouvez un jour coincé dans des décombres après une catastrophe naturelle, buvez-la!). 2% seulement de l'urine est de l'urée riche en azote. Cela signifie qu'il devrait uriner 166.666 fois pour que la concentration en urée approche la limite de l'EPA pour les nitrates dans l'eau potable.

Comme la plupart des animaux, y compris les adolescents stupides qui veulent crâner, mettent environ 21 secondes à uriner, cela signifie qu'il devrait uriner pendant 3.500.000 secondes, soit 40 jours. Espérons que des amis lui fourniraient constamment de la bonne bière artisanale de Portland.

Cela va sans dire, tout cela ne prend pas en compte le fait que les près de 5 millions de litres d'urines qui en résulteraient, qui rappelons-le sont composés de 95% d'eau, augmenteraient le volume du réservoir. Il faut donc rajouter un jour ou deux de plus de pipi pour rendre l'eau vraiment dangereuse à boire.

Vider le réservoir est paranoïaque, illogique et cher. Mais ce que je trouve le plus frustrant dans tout ça, c'est qu'il existe quelque chose que Portland pourrait faire à ses réserves d'eau et qui aurait un impact immédiat, positif et maintes fois validé par la science sur la santé publique: ajouter du fluorure. La paranoïa n'est pas bonne pour la santé.

Laura Helmuth

Traduit par Grégoire Fleurot

Correction: dans une première version de cette traduction, il était écrit que la limite d'arsenic tolérée par l'EPA dans l'eau potable était trois fois supérieure à la concentration en urine théorique calculée, ce qui était inexact.

Laura Helmuth

Newsletters

Le Costa Rica va construire des routes avec du plastique recyclé

Le Costa Rica va construire des routes avec du plastique recyclé

Ce procédé existe déjà au Canada ou encore en Inde, mais c'est la première fois qu'un pays d'Amérique latine le teste.

Une voix grave est-elle un indicateur de bonne santé?

Une voix grave est-elle un indicateur de bonne santé?

Chez les hommes, c'est bien probable.

Si l'on admet que la gorille Koko savait parler, alors il faut reconnaître qu'elle était obsédée

Si l'on admet que la gorille Koko savait parler, alors il faut reconnaître qu'elle était obsédée

Les hommages rendus à la gorille qui «parlait la langue des signes» sont passés à côté de l’aspect le plus révélateur et le plus intéressant de son histoire.

Newsletters