Science & santéLife

L'homéopathie est inefficace, selon une nouvelle étude. Mais est-ce vraiment important?

Andréa Fradin, mis à jour le 11.04.2014 à 12 h 13

"Homeopathy overdose" par Richard Craig | FlickR licence CC BY

"Homeopathy overdose" par Richard Craig | FlickR licence CC BY

Voilà de quoi raviver l'incessante guerre entre adeptes et détracteurs de la pratique. Fin mars, une nouvelle étude scientifique est venue affirmer «qu'aucune preuve fiable» ne prouve l'efficacité de l'homéopathie, rapporte I fucking love science.

Menée par un organisme public de recherche australien sur la santé et la médecine, le NHMRC, cette analyse s'est penchée sur «68 cas pour lesquels des produits homéopathiques sont vendus, poursuit le site, de l'asthme à la grippe en passant par le choléra et l'addiction à l'héroïne».

Résultat, selon les chercheurs australiens: «l'homéopathie n'est pas plus efficace qu'un placebo, ou du moins il n'y a aucune preuve solide qui le suggère», peut-on encore lire sur le site du Guardian, qui cite un passage de l'étude:

«Aucune étude de qualité, correctement menée et avec suffisamment de participants pour obtenir des résultats significatifs ont fait prouvé que l'homéopathie a causé de meilleures améliorations de l'état de santé qu'une substance sans effet sur ce dernier (placebo), ou que l'homéopathie cause des améliorations sur l'état de santé équivalentes à ceux [provoqués] par d'autres traitements.»

Cette pratique classée dans la médecine dite non-conventionnelle n'a de cesse d'être contestée par une frange des praticiens, qui estiment, comme ce pharmacologue interrogé par The Independent, qu'il s'agit d'une «totale absurdité». Dans les rangs des adeptes de l'homéopathie, on réplique que les études telles que celle-ci sont «biaisées» et d'emblée «opposées à l'homéopathie».

A en croire I Fucking love science pourtant, l'organisme australien a précisément veillé à ne pas susciter de tels soupçons, en associant à ses recherches deux spécialistes des médecines non-conventionnelles, et en organisant une consultation publique afin d'enrichir ses conclusions d'autres points de vue. «Des présentations [...] qui n'ont pas changé les conclusions» de l'étude, rapporte néanmoins le Guardian.

Mais la question n'est peut-être pas là. C'est en tout cas ce qu'avance une oncologue, toujours sur le site du media britannique.

A l'en croire, s'acharner à tenter de convaincre des patients persuadés du contraire de l'inefficacité de l'homéopathie, à grand renforts de «yeux levés au ciel», risque davantage de tendre la relation de soins. «Avec ou sans recherche pour exposer l'homeopathie comme quelque chose de bidon, les adeptes n'en démordront pas», plaide-t-elle.

Une position renforcée par les chiffres de vente de l'homéopathie: en France et en Allemagne par exemple, «les deux principaux marchés européens en la matière, explique le site MyEurop, ont par ailleurs vu leurs ventes augmenter respectivement de 80% et 300% entre 1995 et 2005».

Si cette adhésion est si forte, c'est parce que les patients «se sentent écoutés» par les homéopathes, explique encore cette oncologue, en s'appuyant sur les témoignages qu'elle a récoltés. Ce qui devrait selon elle interroger les rapports entre les patients et la médecine moderne, où le lien humain est «une commodité rare».

A.F.

Andréa Fradin
Andréa Fradin (204 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte