LifeTech & internet

Comment réagiront les voitures sans conducteur lors d'accidents?

Camille Jourdan, mis à jour le 04.04.2014 à 18 h 42

Une voiture / Eric Kilbyvia Flickr CC License By

Une voiture / Eric Kilbyvia Flickr CC License By

Alors que les voitures qui conduisent toutes seules se développent lentement grâce à Google, Lexus ou Mercedes, déjà des questions concernant d’éventuels accidents de la route se posent. Noah Goodall, scientifique à l’université de Virginie, a notamment étudié les «décisions éthiques faites par des véhicules automatisés lors d’accidents». Une étude qui a attiré l'attention de Business Week.

Pour le moment, aucune voiture n’est pleinement automatisée. Même si certaines se déplacent seules, une intervention du conducteur peut toujours être requise dans certaines situations. Dans son étude, Noah Goodall explique:

«Aujourd’hui, les véhicules automatisés comptent sur les conducteurs humains pour prendre le relais si une partie du système fait défaut, ou si le véhicule automatique en question rencontre une situation qu’il ne comprend pas, comme des travaux. L’humain doit ainsi être capable de reprendre le contrôle à tout moment.»

Le but ultime est bien sûr de créer une voiture totalement autonome, qui se substituerait complètement à l’être humain.

L’objectif? Sauver des vies, comme le rappelle le Washington Post. En effet, des études prouvent que les voitures autonomes «seront plus sûres que les conducteurs humains». Mais ne nous emballons pas, prévient Noah Goodall:

«Même les véhicules automatisés qui fonctionnement parfaitement auront des accidents […] Il est impossible de garantir la sécurité étant donnée la présence d’obstacles imprévisibles, comme des véhicules conduits par des humains, des piétons, ou des éléments de la nature.»

La question qui se pose alors est: comment les voitures sans conducteur vont-elles réagir lors d'accidents? Si le choc est inévitable, elles devront trouver «la meilleure manière de se crasher»? Elles pourront sefonder sur divers éléments comme la «sécurité» ou la «probabilité de s’en sortir».

Mais certains scénarios peuvent prêter à confusion. Comment savoir quelle est la meilleure façon d’avoir un accident? Pour Noah Goodall, des questions éthiques se posent alors. Vaut-il mieux sauver un enfant ou une personne âgée? Faut-il foncer dans un véhicule récent ou une vieille voiture? Le chercheur expose différents cas:

«En essayant de minimiser les coûts, les véhicules automatisés choisiraient de percuter la voiture la moins chère si elle a le choix entre deux véhicules. Si la collision est grave et que le risque qu’il y ait des blessés est élevé, la voiture autonome choisirait de heurter le véhicule le plus sûr, ou choisirait de rentrer dans un motard qui porte un casque plutôt qu’un motard qui n’en a pas.»

Autre question soulevée par Goodall et reprise par Business Week:

«L’éthique exige que tous les humains soient considérés comme égaux. Pourtant un constructeur de voitures a tendance à construire des véhicules qui protègent en priorité ses propres occupants. Qui voudrait fabriquer une voiture qui protègerait davantage un étranger que vous ou votre propre famille?»

Comme se demandait déjà le Telegraph avant la parution de cette étude :

«Si c’est la voiture qui prend les décisions, que se passe-t-il si ce ne sont pas les bonnes?»

Ces choix n’apparaissent en effet pas toujours «moraux». Pourtant, ce sont bien de telles décisions qu’auraient à prendre des voitures sans conducteur. Ces choix reviendraient en réalité aux humains qui au préalable programmeraient ces machines grâce à des algorithmes.

Si une chose peut nous «rassurer» après de telles hypothèses, c’est peut-être la réflexion d’Ulrich Eichhorn. Le directeur de management de l’association allemande de l’industrie automobile, dans le Telegraph, envisage le cas d'un accident impliquant une voiture automatisée et d'une voiture avec un conducteur humain:

«Je suis sûr que les tribunaux auront tendance à prendre le parti des humains dans de telles circonstances, plutôt que celui des algorithmes des constructeurs.»

Camille Jourdan
Camille Jourdan (139 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte