Santé / Life

Peste noire: les rats ne seraient pas si innocents que ça

Temps de lecture : 2 min

Un rat / Nick Savchenko via Flickr CC License By
Un rat / Nick Savchenko via Flickr CC License By

C’est vrai, nous vous avions annoncé il y a quelques jours que les rats n’étaient pas responsables de la Peste noire du XIVe siècle. Une série d’articles parus dans divers médias, notamment dans le Guardian, maintenaient cette théorie, en s’appuyant sur des découvertes scientifiques.

Mais un nouvel article de Popular Science vient contredire cela. Tim Brooks, du Département de santé publique d’Angleterre, à l’initiative d’une étude sur l’épidémie, explique au magazine:

«Il y a eu une erreur complète d’interprétation de tout ce que j’ai dit!»

Le chercheur avait affirmé:

«Pour qu’une peste se propage à cette allure, elle a nécessairement atteint les poumons des victimes, qui étaient malnutris, et qui l’ont ensuite transmise par des toux et des éternuements.»

Le Guardian en concluait que la Peste noire était pneumonique et non bubonique. Autrement dit, qu'elle se serait transmise d'humain à humain, et que les rats n’avaient par conséquent pas joué de rôle dans cette épidémie. Mais Popular Science affirme:

«Yersinia [la bactérie responsable de la peste] se propage, à un moment donné, des rats (ou autres animaux) vers les humains, donc ils ne peuvent pas être totalement exonérés.»

Le journal conclut:

«Ce qui est plus probable, c’est que les trois formes de peste [bubonique, pneumonique et septicémique] circulaient pendant la Peste noire […] Même si une forme était plus commune, il n’y a pas de différence génétique connue pour le prouver.»

Newsletters

Le sexe écoresponsable, ça ressemble à quoi?

Le sexe écoresponsable, ça ressemble à quoi?

Les produits durables tels que les préservatifs végétaliens et les contraceptifs sans déchets sont très recherchés sur la Toile depuis quelques années.

Bientôt les antipils

Bientôt les antipils

«Je mens à mon psy, c'est un peu idiot, non?»

«Je mens à mon psy, c'est un peu idiot, non?»

Honte, refus de l'échec, mythomanie, mégalomanie, oublis, souvenirs revisités à notre avantage: c'est la liste non exhaustive des motifs qui poussent à ne pas dire la vérité à son thérapeute.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio