Tech & internetMonde

Les soldats humanoïdes, ce n'est pas pour tout de suite

Camille Jourdan, mis à jour le 27.03.2014 à 17 h 20

Un robot / NASA Robonaut via Flickr CC License By

Un robot / NASA Robonaut via Flickr CC License By

Il semblerait qu’il nous reste un peu de temps avant de vivre dans Terminator ou Star Wars. Certes, il est prévu que des robots armés soient bientôt utilisés sur les champs de bataille. Mais le site Defense One a interrogé Chris Jones, directeur de technologie stratégique de la firme américaine I-Robot, qui se veut rassurant. Selon lui, au moins trois objectifs sont à atteindre avant que des robots semblables à des humains remplacent les soldats.

Pour commencer, Chris Jones souligne les différences entre les drones, que les Américains utilisent déjà, et les soldats humanoïdes.

«Garder une machine en l’air n’est pas aussi difficile que de commander un robot dans un environnement en 3D, comme un terrain encombré de débris ou un immeuble bombardé. Les risques d’accidents y sont beaucoup plus grands, en particulier quand on ajoute à tout cela les problèmes de munitions.»

Ces robots androïdes doivent donc être plus autonomes, «plus intelligents» que des drones, ou encore que les premiers robots armés qui ont été conçus jusqu’à présent. Ces derniers sont en effet toujours contrôlés, de près ou de loin, par des humains.

Le deuxième point soulevé par Chris Jones est que la conception de robots armés humanoïdes, ne semblent pas figurer parmi les priorités de l’armée américaine. Certes, le programme Robotics Challenge de la Darpa (agence de projets de recherches avancées pour la Défense) vise à mettre au point des robots humanoïdes, mais c’est (officiellement en tout cas) entre autres pour secourir les victimes lors de catastrophes humanitaires, ou durant des guerres.

Chris Jones rapporte que sa société avait proposé d’armer ses robots vendus à l’armée, mais celle-ci ne semblait pas intéressée:

«Il n’y a pas eu d’attention ou de dialogue à court terme portant sur ce genre de sujets.»

D’ailleurs, la Darpa ne collabore pas avec I-Robot sur son projet. Or, comme le rappelle Chris Jones, il faudrait des efforts conjgués d’entreprises d’armement et de firmes spécialisées dans la robotique pour concevoir des humanoïdes.

«Davantage de collaboration entre les entreprises d’armement et les compagnies de robotique pourrait être la clé pour développer des robots “Terminator”»

Enfin, Defense One spécule sur le fait que les humanoïdes débarqueront dans la vie civile avant d’être des soldats. En cause: le coût nécessaire à l’élaboration de soldats robots. Or, les mettre sur le marché civil en premier apparaît comme un moyen pour faire baisser les coûts. Ce à quoi Chris Jones ajoute:

«Et ils attireraient davantage l’armée.»

Cette dernière condition se concrétise déjà petit à petit. Au salon européen de la robotique Innorobo, qui se tenait à Lyon il y a quelques jours, des robots très humains ont été présentés.

Même si l’on veut bien croire Chris Jones, il semble que l’on pourrait se retrouver dans Terminator un jour. La question est de savoir quand. 

Camille Jourdan
Camille Jourdan (139 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte