Lu, Vu & Entendu / Life

Les révolutions populaires n'aboutissent pas toujours à la démocratie. Loin de là

Temps de lecture : 2 min

Kiev / Sasha Maksymenko via Flickr CC License By
Kiev / Sasha Maksymenko via Flickr CC License By

Les révolutions populaires ne débouchent pas toujours sur «quelque chose de positif –ni sur quoi soit d’ailleurs». C’est ce qu’affirme la journaliste Anne Applebaum, spécialisée de l’Europe de l’Est qui écrit régulièrement pour Slate, dans New Republic, quelques jours après le retour au calme sur la place Maïdan, à Kiev en Ukraine.

L’histoire montre que les révolutions menées par le peuple n’aboutissent pas toujours à des démocraties.

«Certaines remplacent une tyrannie corrompue par de la violence, et un vide politique, comme en Libye»

L’exemple de la Révolution orange (2004-2005), en Ukraine justement, est probant: elle a mis au pouvoir de nouveaux dirigeants «tout aussi incompétents que leurs prédécesseurs». En Iran en 1979, la révolution a permis la «montée des extrémistes».

Anne Applebaum soulève un point non négligeable:

«Parfois, la foule ne représente même pas la majorité.»

Les changements exigés par les révolutionnaires doivent donc être légitimés par des élections, et par des lois votées par des représentants élus.

«La post-révolution est souvent plus importante que la révolution elle-même.»

Mais la transition démocratique, si elle a lieu, prend du temps. Nous avons pu le constater en Egypte, où la nouvelle Constitution a été adoptée trois ans après le Printemps arabe. Anne Applebaum constate qu’en Ukraine, les nouveaux dirigeants semblent déterminés à faire des efforts en faveur de la démocratie.

Mais un acteur important pourrait bien les en empêcher: la Russie.

«Si leur révolution n’est pas immédiatement démantelée par une agression de la Russie, les Ukrainiens finiront peut-être par avoir –pour la première fois depuis 1991– des dirigeants qui sont réellement intéressés par le destin de la nation et non par leurs intérêts personnels.»

Camille Jourdan Journaliste

Newsletters

Prêter serment sur une tablette numérique, c'est possible

Prêter serment sur une tablette numérique, c'est possible

Qui a dit que le papier était sacré? Certainement pas Suzi LeVine. Cette américaine a pris ses fonctions d’ambassadrice en Suisse après avoir prêté serment en posant sa main sur un écran affichant une version numérique de la constitution...

La Russie est en train de remporter la guerre de la propagande. Sauf en France.

La Russie est en train de remporter la guerre de la propagande. Sauf en France.

Il y a un an, a été lancée Ruptly, une nouvelle agence de presse vidéo russe. Elle ressemble à une agence, avec 110 journalistes, venus de différents pays: Espagne, Grande-Bretagne, Russie, Pologne. Mais c'est en fait «Kremlin TV» explique Spiegel...

Nouveau record controversé du «beer mile», le mile où l'on boit une bière à chaque tour

Nouveau record controversé du «beer mile», le mile où l'on boit une bière à chaque tour

Le 6 mai 1954, l’athlète britannique Roger Bannister brisait une des barrières majeures du sport en devenant le premier à courir un mile, cette distance tout sauf ronde (1.609,35 m, soit quatre tours de piste) mais mythique, en moins de 4 minutes....

Newsletters