A quelle vitesse devrais-je rouler pour que les radars ne voient pas ma plaque d'immatriculation?

A Saint-Jean d'Illac près de Bordeaux le 12 mai 2011, REUTERS/Regis Duvignau

A Saint-Jean d'Illac près de Bordeaux le 12 mai 2011, REUTERS/Regis Duvignau

Tous les automobilistes le savent: il est de plus en plus difficile d'appuyer sur l'accélérateur sans se faire prendre sur les routes de France. La généralisation des radars fixes dans les années 2000 avait déjà découragé bon nombre d'amateurs d'excès de vitesse. Aujourd'hui, le Figaro rapporte que les nouveaux radars mobiles embarqués dans les voitures de police banalisées ont flashé 300.000 automobilistes depuis leur mise en service il y a un an.

Mais selon les travaux d'un groupe d'étudiants en master de physique à l'université de Leicester, il existe théoriquement une autre solution que de respecter les limites de vitesse pour ne pas se faire prendre par les radars, rapporte le site Phys.org: conduire tellement vite que votre plaque d'immatriculation devient illisible pour les appareils censés la prendre en photo.

Petite limite à cette astuce: il faudrait selon les calculs des jeunes scientifiques conduire à 190 millions de kilomètres par heure, soit un sixième de la vitesse de la lumière.

Les étudiants en dernière année ont publié leurs calculs dans le Journal of Physics Special Topics, une revue scientifique étudiante dirigée par le département de physique et d'astronomie de l'université. Ils se sont fondés sur l'effet Doppler, «l'effet physique selon lequel les fréquences de la lumière ou du son émanant d'un objet augmentent ou diminuent quand celui-ci se rapproche ou s'éloigne de vous».

Il serait en théorie possible que la lumière de la plaque d'immatriculation d'une voiture allant très vite sorte de la fourchette de fréquence que les radars sont capables de détecter. Les jeunes physiciens sont partis du principe que les radars sont capables de détecter la même gamme de fréquences que l'œil humain, et se sont ensuite servis d'une équation utilisée par les astronomes pour calculer la vitesse des étoiles pour déterminer la vitesse nécessaire pour sortir de cette fourchette.  

«Notre message aux conducteurs est qu'il serait complètement inutile d'essayer d'utiliser cette méthode pour éviter une amende», conclut Dan Worthy, étudiant de 21 ans et co-auteur de l'étude.