LifeCulture

Ils enregistrent du silence, et profitent intelligemment de Spotify pour financer leur tournée

Camille Jourdan, mis à jour le 21.03.2014 à 12 h 49

Vulfpeck / EvanLBerent via Flickr CC License By

Vulfpeck / EvanLBerent via Flickr CC License By

Comment financer sa tournée quand on est un jeune groupe de musique? On peut avoir un gros compte en banque, recourir au crowdfunding (financement participatif), ou... utiliser intelligemment Spotify. C’est en tout cas ce qu’espère le groupe de funk californien Vulfpeck. Le site Gizmodo avait repéré leur plan il y a quelques jours déjà.

La stratégie de ces jeunes musiciens: mettre sur le site de musique en ligne Spotify un album... de silence.

Oui, 10 morceaux, qui émettent tous le délicieux bruit du silence. Pourquoi? Pour que leurs fans les écoutent la nuit, en boucle. Et que cela leur rapporte un petit pactole (avec beaucoup de fans, d’accord).

Et voici l'album Sleepify:

Si une personne écoute une fois chaque chanson de Sleepify, Z ou encore Zz, ou Zzzz, Vulfpeck encaisse... 7 centimes de dollar, soit 5 centimes d’euro. OK, nous sommes loin des quelques milliers nécessaires pour une tournée. Mais multipliez cela par quelques centaines de fans, et par des heures d’écoute, la nuit ou même le jour, et The Guardian assure que vous pouvez vous faire «un paquet d’argent de cette manière».

Le leader des Vulfpeck y croit, lui aussi, et en appelle à la mobilisation des fans du groupe:

Gizmodo pose cependant une question qui vous est peut-être venue à l’esprit: pourquoi n’avoir pas simplement demandé à leurs fans d’écouter leurs chansons en sourdine? Au-delà des répercussions médiatiques qu'aura sûrement leur initiative (la preuve), Gizmodo explique:

«Les morceaux de Sleepify sont très courts, le groupe va, de cette manière, récupérer de l’argent plus vite.»

En effet, chaque titre dure une trentaine de secondes. Hasard? Non. C’est juste la durée nécessaire pour qu’un titre sur Spotify soit considéré comme écouté, et que l’artiste soit ainsi rémunéré.

Autre idée de Vulfpeck pour inciter les utilisateurs de Spotify à écouter leur album: le groupe donnera des concerts dans les endroits où ils auront le plus été téléchargés sur Spotify. Un vrai plan marketing!

Est-ce une «nouvelle menace pour le modèle d’affaires de Spotify», s’interroge Quartz? Probablement pas. Même si Z ou Zzz deviennent des «hits mondiaux», ils ne coûteront certainement pas plus chers au site de musique que d’autres albums. En effet, Spotify paye chaque année 500 millions de dollars de redevances aux artistes. Vulfpeck ne devrait représenter qu’une petite partie de cette somme, même s’ils connaissent un très grand succès.

Les dirigeants du site eux-mêmes ne semblent pas inquiets de ce projet du groupe. Graham James, porte-parole de Spotify, préfère plaisanter de cette stratégie:

«C’est un bon coup de pub. Mais nous préférons les anciens albums de Vulfpeck. Sleepify apparaît comme un dérivé du travail de John Cage

Ah, et en fait, en vrai, Vulfpeck, c’est ça. Ecouter du silence pour les voir en concert, ça vaut peut-être le coup:

Camille Jourdan
Camille Jourdan (139 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte