Tech & internetLife

Joyeux anniversaire la loco

De quand ça date, mis à jour le 03.04.2014 à 17 h 17

Seize kilomètres. C’est la distance que parcourt le 21 février 1804 une curiosité conçue outre-manche : la locomotive à vapeur. Qui rêve bientôt de grands espaces.

Antérieur à l’invention de la locomotive, le principe de la voie ferrée remonte à l’Antiquité, lorsqu’en 312 avant notre ère les Romains creusent sur les routes des ornières pour guider les roues des chariots. Cette invention tombe ensuite dans l’oubli, avant de réapparaître au fond des mines au cours du Moyen Âge. Les premiers rails sont des poutres de chêne ajustées bout à bout que l’on fixe sur des traverses en bois. Des chariots dont les roues sont assez semblables à celles que nous connaissons sont tirés par des chevaux. Sur une voie bien horizontale, un seul cheval peut tracter jusqu’à 10 tonnes.

Comme les rails en bois s’usent rapidement, on les recouvre de lames de fer puis, en 1738, on les remplace par des rails coulés en fonte. Il ne reste plus qu’à trouver une puissance de traction supérieure à celle du cheval. Ce sera la locomotive à vapeur, que l’Anglais Richard Trevithick conçoit en 1803. Constituée d’une chaudière et d’un cylindre, elle est testée le 21 février 1804, entre Merthyr Tydfil et Abercynnon, deux villes distantes d’environ 16 km.

L’expérience est un succès, la locomotive étant parvenue à tracter 5 voitures, 10 tonnes de minerai de fer et 70 passagers. Le voyage prend certes quatre heures et cinq minutes, mais la preuve est faite qu’une locomotive à vapeur peut remorquer de lourds wagons. En 1828, le Français Marc Seguin a l’idée d’augmenter la surface de chauffe en faisant passer l’air chaud provenant de la combustion à travers une série de tubes plongés dans l’eau de la chaudière. L’année suivante, l’ingénieur britannique George Stephenson, installe une chaudière tubulaire sur sa Rocket, qui gagne le concours de Rainhill.

Par la suite, les locomotives à vapeur seront constamment améliorées. Plus grandes, plus puissantes et plus rapides, elles régneront sans partage sur tous les réseaux ferrés du monde jusqu’à l’avènement de la traction électrique, après la Seconde Guerre mondiale.

En 1863, l’Américain George Pullman conçoit une voiture-lit dont les couchettes supérieures, aménagées dans le plafond, se déplient au-dessus des sièges. Comme les sièges se transforment aussi en couchettes, il n’y a aucune place perdue. Pullman soigne également la qualité des bogies, augmente le nombre de ressorts des roues et place des matériaux isolants sous les planchers des voitures. Le succès est tel qu’aujourd’hui encore Pullman est synonyme de confort.

 Avec l’adoption du frein à air comprimé, inventé en 1869 par l’Américain Westinghouse, le chemin de fer est techniquement au point. Des lignes traversent les continents, d’un océan à l’autre. En 1869, les États-Unis inaugurent une voie ferrée de 2 826 km qui relie la côte est à la côte ouest. Le Canada ouvre sa première ligne transcontinentale de 4 667 km en 1886, et la Russie achève de poser les 9 289 km de rails du Transsibérien en 1905.

Dans le même temps, des lignes nationales et régionales s’ouvrent un peu partout en Europe. Le Shinkansen, train à grande vitesse japonais, est mis en service entre Tokyo et Osaka en 1964. Après l’abandon de l’aérotrain de l’ingénieur Jean Bertin en 1975, la France inaugure son propre train à grande vitesse (TGV) en 1981. Dix ans plus tard, l’Inter City Express allemand entre à son tour en service.

De quand ça date
De quand ça date (6 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte