Tech & internet / Life

2048: le jeu qui va détrôner Candy Crush et ruiner votre vie est italien

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran du site 2048
Capture d'écran du site 2048

Tenons-nous ici le nouveau Candy Crush? Diffusé le 9 mars 2014 par son créateur Gabriele Cirulli, un développeur web italien de 19 ans, le mini-jeu 2048 a déjà retourné la cervelle de plus d'un internaute.

Un succès d'autant plus fou qu'il se base sur... le calcul mental! Le jeu se présente en un tableau de 4 cases sur 4, où apparaissent des carreaux numérotés à partir de 2. Il s'agit de faire glisser ces éléments avec les flèches du clavier, afin que deux carreaux portant le même montant se percutent... et fusionnent en un, dont le montant est égal à la somme des deux précédents. 2+2 donne 4, 4+4, 8, 8+8, 16 et ainsi de suite... Jusqu'au but ultime: 2048 sur une même «tuile», évidemment.

De quoi s'arracher les cheveux (le «game over» arrive vite quand les chiffres envahissent l'écran) et réviser pendant longtemps, très très très longtemps, sa suite de 2. Ça va vous changer des bonbons.


On avoue: on n'est pas encore des stars de 2048.

Newsletters

Quatre façons de prolonger la durée de vie de vos appareils technologiques

Quatre façons de prolonger la durée de vie de vos appareils technologiques

En cette période de récession provoquée par la pandémie de Covid-19, il est plus important que jamais de prendre soin de nos smartphones et ordinateurs.

Une université travaillant sur le Covid-19 se fait hacker et paie 1.140.000$

Une université travaillant sur le Covid-19 se fait hacker et paie 1.140.000$

L'Université de Californie à San Francisco, une institution de recherche médicale, a payé la rançon pour éviter une cyberattaque du groupe de hackers Netwalker.

Twitter a voulu lutter contre les fake news liées à la 5G et au Covid-19 avec un algorithme. Ça a complètement échoué

Twitter a voulu lutter contre les fake news liées à la 5G et au Covid-19 avec un algorithme. Ça a complètement échoué

La plateforme a alpagué des tweets complètement inoffensifs et en a laissé d’autres plus conspirationnistes.

Newsletters