Sciences / Life

Les gens beaux, agréables et propres ont plus de probabilité de se marier

Temps de lecture : 2 min

DSC_1362-wm.jpeg / Jonathan Tellier via FlickrCC License by
DSC_1362-wm.jpeg / Jonathan Tellier via FlickrCC License by

Que ferions-nous sans les études américaines? La revue Social Science Research vient de mettre en ligne la pré-publication d'un de ces articles dont les chercheurs américains ont le secret: selon les résultats de cette dernière, les gens beaux, agréables et à l'apparence soignée ont plus de chance de se marier que les autres.

Comment l'équipe de l'université de Miami dirigée par Michael T. French est-elle arrivée à ce résultat intuitif?

D'abord en se basant sur toute une littérature scientifique anglosaxonne qui se consacre à la mesure ce qui fait la réussite du choix du conjoint. Avec des hypothèses de départ assez terre-à-terre, comme:

«Ceux qui possèdent une valeur élevée d'accouplement basée sur leur possession de caractéristiques attrayantes et l'absence de caractéristiques non attrayantes génèreront plus d'offres et d'acceptations de relations et seront de ce fait plus susceptibles de trouver un partenaire à leur goût.» (Carmalt, Cawley, Joyner, Sobal: Le poids et l'accouplement avec un partenaire physiquement attrayant, Journal of Marriage and Family, 2008).

L'équipe a attribué un score aux individus d'une cohorte de 9.000 adolescents américains devenus adultes (âgés désormais de 24 à 34 ans). Ce score, qu'ils nomment «index de caractéristiques personnelles», est obtenu en notant les individus sur trois critères de 1 à 5: leur attractivité physique, leur personnalité et leur «apparence», dans le sens de «look» (soigné, propre, bien habillé, etc.).

Mais trêve de suspense, venons-en aux conclusions.

La seule relation statistique significative de l'étude avec une seule de ces trois variables, résume The Atlantic, concerne les hommes:

«Ceux qui obtiennent un score de personnalité plus élevé ont plus de probabilité de se marier.»

En revanche, pour les hommes comme pour les femmes, l'étude a noté une probabilité supérieure de se marier quand l'index réunissant le score des trois critères –attractivité, personnalité, apparence– était élevé, sans qu'il soit possible d'isoler le trait qui est responsable de cette tendance: en d'autres termes, ils n'excluent pas l'hypothèse d'un «package» global dans l'évaluation de chaque individu par un partenaire potentiel (cette relation ne fonctionne cependant que pour le mariage, pas la cohabitation.)

Comme le précise le site Refinery 29, «vous devez considérer tous les aspects ensemble pour déterminer qui est du type à se marier.»

C'est sans doute en ce sens que les auteurs de l'article ont placé en exergue cette citation d'Aristote:

«Le tout est plus que la somme de ses parties»

Et il y a une autre bonne nouvelle, conclut The Atlantic:

«Les résultats suggèrent que [les individus] peuvent être capables de compenser une déficience dans l'un des traits désirables en développant la présence d'un autre. Par exemple, une personne manquant d'attractivité physique peut choisir d'investir plus dans son apparence afin de devenir un partenaire plus attractif.»

Quand le sex appeal et la personnalité font cruellement défaut, il y a encore l'hygiène.

Jean-Laurent Cassely Journaliste

Newsletters

Pour résister à la chaleur des villes, les escargots ont des coquilles plus claires

Pour résister à la chaleur des villes, les escargots ont des coquilles plus claires

Une étude montre que les escargots n'ont pas la même couleur selon qu'ils vivent dans des milieux urbains ou naturels.

Savoir rouler sa langue, un des principaux mythes sur la génétique

Savoir rouler sa langue, un des principaux mythes sur la génétique

Il pourrait y avoir des points communs avec la capacité de faire bouger ses oreilles.

«First Man»: la fiction à l’épreuve des faits

«First Man»: la fiction à l’épreuve des faits

Nous avons mené l’enquête.

Newsletters