Partager cet article

La hausse du nombre de cancers va surtout frapper les pays en développement

Un lit d’hôpital / Medill DC via Flickr CC License By

Un lit d’hôpital / Medill DC via Flickr CC License By

Le 3 février 2014, François Hollande lançait son troisième «plan cancer». Si la maladie est un véritable fléau en France, elle l’est partout ailleurs. Dans son rapport annuel publié le même jour que l’annonce du Président de la République, le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) de l'Organisarion mondiale de la sante (OMS) lançait une nouvelle alerte, peu relayée en France. Dans les vingt prochaines années, le nombre de cancers dans le monde devrait augmenter de 70%.

Il y a environ 14 millions de nouveaux cas de cancer diagnostiqués chaque année dans le monde, peut-on lire dans un résumé du rapport, paru sur un blog de la National Public Radio (NPR). Un nombre qui ne va cesser d’augmenter selon les spécialistes, pour atteindre 22 millions d’ici 2032.

Les hommes et les femmes ne sont pas touchés par les mêmes types de cancer. Celui du sein est le plus répandu chez les femmes, et c'est celui de la prostate qui arrive en tête chez les hommes. Mais ces généralités varient tout de même selon les pays, comme en attestent ces cartes du CIRC, reprises par la NPR.

Cliquez sur les cartes pour les voir en grand.

Cancers des femmes dans le monde via NPR / source: Organisation Mondiale de la Santé
 
Cancers des hommes dans le monde via NPR / source: Organisation Mondiale de la Santé

Toutes les régions du monde ne sont donc pas à égalité face au cancer. Le Globe and Mail souligne notamment qu’en 2012, le Danemark, la France, l’Australie, la Belgique et la Norvège avaient été les pays les plus touchés par cette maladie.

Néanmoins, les régions en développement sont celles où le cancer sévit le plus. En effet, plus de 60% des cas se trouvent en Asie, en Afrique, en Amérique centrale et du Sud. Et ces mêmes parties du monde regroupent 70% des décès liés au cancer, souligne le CIRC dans son communiqué.

Ce problème pourrait pourtant être réglé par des efforts dans l’accès aux soins:

«Un accès à des traitements efficaces et abordables dans les pays en développement, y compris pour les cancers des enfants, pourrait réduire la mortalité de manière significative, même dans les régions où les services de soins médicaux sont moins développés.»

Réalisée en 2012, la carte interactive ci-dessus permet précisément de souligner les disparités entre pays face au cancer. Mise au point par Public Radio International grâce aux statistiques de 2008 de Globocan, elle permet de comparer le nombre de personnes atteintes du cancer en fonction notamment du PIB (Produit Intérieur Brut) et de l’IDH (Indice de Développement Humain) des Etats.

Le docteur Christopher Wild, directeur du CIRC, veut profiter de ce rapport pour lancer un «signal fort»:

«Malgré des avancées enthousiasmantes, ce rapport montre que nous n’en avons pas fini avec le cancer. Il faut absolument davantage d’engagement dans la prévention et dans la détection précoce, pour compléter des traitements plus performants, et pour aborder cette question de l’augmentation alarmante du nombre de cancers au niveau mondial»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte