Science & santéLife

La rencontre du troisième type est pour bientôt selon un astronome du Seti

Andréa Fradin, mis à jour le 14.03.2014 à 11 h 44

E.T., téléphone, maison / Capture d'écran d'E.T. l'extraterrestre

E.T., téléphone, maison / Capture d'écran d'E.T. l'extraterrestre

Voilà un bail qu'il est question de cette fameuse rencontre du troisième type, qui alimente les rêves et les fantasmes de plus d'un. Mais concrètement, E.T. c'est pour quand?

A priori, dans «les vingt prochaines années», vient de répondre Seth Shostak, un astronome du Seti, au site Popular Mechanics.

Le Seti, pour «Search for Extra-Terrestrial Intelligence», c'est ce programme américain chargé de repérer la vie extraterrestre dans l'univers. C'est l'institut que l'on voit s'agiter dans les premières images des films d'invasion alien, ces scientifiques un poil clichés qui ouvrent de grands yeux en entendant le signal annonciateur d'une forme de vie étrangère à la Terre –comme ici, dans Independance Day (où le signal en question a été ici remplacé par l'oeuvre de Rebecca Black):

Sérieusement ébranlé en 2011, et même annoncé mort,  le Seti continue néanmoins aujourd'hui certaines de ses activités et Seth Shostak espère, avec le progrès technologique et à condition d'investissements suffisants, qu'il parviendra enfin à son but –si, bien entendu, il y a bel et bien une vie à trouver dans l'univers.

Aux critiques pointant du doigt le manque de réussite de l'institut sur ces 50 ans d'existence, Seth Shostak rétorque que «nous sommes toujours dans les tout premiers pas de la recherche d'une intelligence extraterrestre». Et compare cette quête à celle de Christophe Colomb:

«[C'est comme] si Colomb, en cherchant un nouveau continent, avait navigué que 16 kilomètres au large des côtes d'Espagne et s'était retourné en disant, "il n'y a rien! Je pense que cette exploration ne va rien donner!"»

Et en effet, vu l'immensité du champ d'investigation, la tâche s'annonce colossale.

«On doit probablement jeter un oeil à quelques millions de systèmes stellaires, et de manière très précise, avant de réussir, ajoute l'astronome. Nous ne sommes même pas proches de ce nombre –nous en avons examiné quelques milliers, tout au plus.»

Quant à la question de savoir ce qu'il pourrait se passer si la rencontre avit lieu, Seth Shostak se veut prudent. Pas de secret d'Etat en perspective selon lui, grâce à l'attention des médias, mais probablement, en revanche, une large incompréhension. Doublée d'une claque à la face de l'humanité:

«Qu'apprendrions-nous? Eh bien, au départ, peut-être pas grand-chose. Si on obtient des informations en provenance d'une société plus avancée que nous [...], il me semble aussi incertain qu'on puisse vraiment y comprendre quelque chose. [...]

Mais oubliez le message. Le simple fait de savoir que quelqu'un d'autre est là [...] pourrait changer nos vies d'une façon très subtile [...].»

Et éviterait aussi, au passage, comme le dit Jodie Foster dans le film Contact, «un affreux gachis d'espace».

Andréa Fradin
Andréa Fradin (204 articles)
Journaliste
ovniAlienSETIétoileunivers
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte