Tech & internetLife

La nouvelle adresse de l'Elysée: «motel.restrict.paused», selon une start-up britannique

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 28.02.2014 à 9 h 30

55 rue du Faubourg Saint-Honoré? C'est ringard. what3words veut remplacer tous les lieux de la planète par trois mots.

Le palais de l'Elysée. REUTERS/Charles Platiau

Le palais de l'Elysée. REUTERS/Charles Platiau

Une entreprise londonienne poursuit depuis un an le projet de remplacer les adresses postales de tous les points du globe par un système de trois mots. Lancé en juillet 2013, le service what3words se prépare à lancer une nouvelle appli et le National Journal en profite pour faire un focus sur ce projet fou.

what3words a tout simplement quadrillé la planète, la découpant en 57.000 milliards de carrés de 3 mètres sur 3, assignant à chacun d’entre eux une combinaison unique de trois mots.

Prenons l’Elysée. Le siège de la présidence de la République, dont l’adresse est le 55 rue du Faubourg Saint-Honoré, 75008 Paris, correspondrait aux coordonnées «motel.restrict.paused». Soit en français, «motel.restriction.arrêté».

via what3words

C’est drôle, mais est-ce vraiment si pratique?

L’un des fondateurs de l’entreprise, Chris Sheldrick, justifie l’utilité du service de la sorte:

«Donner aux gens des codes postaux et même des adresses n’est tout simplement pas assez précis. La latitude et la longitude ne sont vraiment pas pratiques. C’est comme donner à quelqu’un votre numéro de téléphone, mais deux fois... Prenons la précision des coordonnées GPS, mais adoptons un moyen humain pour que les gens les utilisent.»

Selon Chris Sheldrick, le système aurait des applications infinies. En Australie, des services d’urgence pourraient utiliser ces coordonnées pour mieux localiser les gens qui appellent à l’aide. Le service peut aussi être pratique pour par exemple se retrouver lors d’un festival de musique, plutôt que d’avoir à demander au téléphone à ses amis «vous êtes où ?»

L’autre avantage par rapport au système des adresses, c’est que what3words a un nom pour tout: tous les mètres carrés d'océan, tous les monuments, tous les coins perdus dans les forêts ou les déserts ont leur what3words.

Lors de la mise en service en juillet 2013, The Next Web ajoutait que what3words avait un plan pour financer son offre, appelée OneWord («Un Mot»). Pour 1,5 dollar par an, vous pouvez renommer la combinaison de trois mots en un seul mot personnalisé, précédé d'un astérisque, comme par exemple «bureaupierre1», explique le site de l'entreprise dans sa FAQ.

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (990 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte