Partager cet article

Supergeil: le clip électro délirant pour promouvoir une marque de supermarchés allemands

Cette vidéo est peut-être la bombe électro allemande de l’année, au point qu’on en parle déjà comme d’un potentiel Gangnam Style germanique (mais gardons la tête froide, elle n’a «que» 2 millions de vues en cinq jours).

C'est surtout une excellente opération de communication virale. Le groupe de supermarchés –allemands donc– Edeka a posté sur YouTube un clip intitulé «Supergeil», mettant en scène l’artiste allemand Friedrich Liechtenstein, une sorte de crooner branché qui évoque un mélange entre Christophe et François Berléand.

Comme Rebecca Schuman sur Slate.com, qui a repéré la vidéo, le note, il n’est pas nécessaire de comprendre les paroles pour apprécier l’étrange atmosphère érotico-culinaire qui se dégage de l’œuvre.

«Geil», en allemand, est un mot à double sens. Il signifie «génial», «super» mais aussi «lascif» ou «excité». La première phrase du premier couplet donne le ton:

«Super süß, super sexy, super easy, Supergeil.»

Friedrich Liechtenstein y joue à merveille son rôle de pervers blasé, partageant le lit d’un jeune couple, se versant du lait dans une baignoire, caressant un chat angora ou jouant avec une saucisse... Le refrain est l’occasion de montrer le chanteur dans une superette moderne qui ressemble aux enseignes de proximité françaises comme Monop ou Carrefour City, avec les produits de la marque de distributeur de Edeka.

via BuzzFeed

via BuzzFeed

Rebecca Schuman sur Slate.com remarque que Supergeil est à Berlin ce que Gangnam Style était au quartier de nouveaux riches de Gangnam à Séoul:

«Une joyeuse célébration et une malicieuse satire des caractéristiques qui définissent un lieu, réalisée dans l’esprit de ce lieu. Là où le Gangnam de Séoul est frénétique, pétillant et ruisselant de sa richesse agressive, la capitale de l’Allemagne, Berlin, est austère, sombre (particulièrement à cette période de l’année), et autodénigrante à propos de sa propre banalité. Mais c’est aussi, légitimement, super-cool (et aussi super-excitant, je ne saurais dire).»

Premier groupe de grande distribution du pays, Edeka regroupe plusieurs enseignes allemandes de super et hypermarchés, certains sous la marque ombrelle Edeka, d’autres gardant leur identité.

Alors qu’on parle fréquemment de «réenchanter la grande distribution», le clip semble s’inscrire dans une stratégie de montée en gamme et de changement d’image des supermarchés du groupe.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte