On utilise plus de gros mots sur Twitter que dans la vraie vie

REUTERS/Dado Ruvic

REUTERS/Dado Ruvic

Comment s'insulte-t-on sur Twitter? C'est la question à laquelle se sont intéressés des chercheurs de l'université d'Etat de Wright dans l'Ohio, qui ont analysé les gros mots en anglais contenus dans 51 millions de tweets, rapporte The Guardian.

Le grand gagnant n'est pas vraiment une surprise: le mot «fuck», également très populaire dans la vraie vie ou dans les films, remporte haut la main la palme de gros mot le plus utilisé, et représente 34,7% de toutes les grossièretés proférées sur le site de microblogging. Il suffit pour se rendre compte de sa popularité de visiter le site FBomb.co, qui montre sur une carte toutes les fois où le mot est utilisé dans un tweet en temps réel.

Les deux mots qui complètent le podium, «shit» et «ass» («merde» et «cul» en français), sont loin derrière à respectivement 15% et 14,5%. L'étude nous apprend aussi que les sept gros mots les plus utilisés représentent à eux seuls 90,6% de toutes les grossièretés sur Twitter.

Venons-en maintenant à la question fatidique: les gens jurent-ils plus sur Twitter que dans la vraie vie? Il semblerait bien que oui.

Selon les chercheurs, 1,15% des mots utilisés sur Twitter sont des gros mots, alors que les études consacrées aux jurons dans la vraie vie estiment cette proportion à entre 0,5% selon The Guardian à 0,7% selon Melissa Mohr, auteure d'un livre sur le sujet. Plus généralement, les chercheurs de l'Ohio estiment qu'un tweet sur 13 environ contient un gros mot.

Parmi les autres tendances décelées, quelques données intéressantes concernent le moment préféré des tweets grossiers. Il y a ainsi des «ratios de jurons relativement élevés le lundi, le mardi et le mercredi», après quoi on observe une diminution jusqu'au samedi, puis une nouvelle hausse le dimanche, rapporte le site du magazine Time.

Enfin, plus on avance dans la journée et plus les tweets ont de chances de contenir des grossièretés, «peut-être un reflet de l'accumulation des choses à propos desquelles nous avons à proférer des jurons» écrit The Guardian, avec un pic entre minuit et 1h30 du matin.